Catégorie : « Maman vide son sac » et ça lui fait du bien !

Il travaillait la nuit …🌛

Il travaillait la nuit

« On ne choisit pas ses parents, on ne choisit pas sa famille ».

Je savoure mon bonheur alors car la vie m’a gâtée en m’offrant un papa en or.

Parallèlement, je crois que je valide cette fois ma propre décision car j’ai choisi un chouette papa aussi pour ma fille.

Aussi loin que mes souvenirs puissent me bercer, je crois que j’ai toujours eu un lien très fort avec mon papa.

Nos caractères s’accordent bien, notre humour un peu bizarre aussi !

Je flâne dans le passé et surtout savoure pleinement le présent, toujours à ses côtés.

De lui, de nous, j’ai une multitude de souvenirs indélébiles.

Je me rappelle, par exemple, qu’il était bien plus facile de négocier avec lui qu’avec ma maman.

Que loin de lui, le simple son de sa voix au téléphone pouvait me faire pleurer et que petite en colonie, il y a des jours où j’aurais tout donné pour qu’il vienne me rechercher.

Je me souviens que les courses c’était lui. Qu’il était incollable, connaissant parfaitement les goûts de chacune.

Je me souviens aussi de nos retours de piscine où soigneusement il nous séchait, à ma sœur et moi, nos cheveux couleur blé parfaitement coupés au carré.

Un papa qui de toute évidence prouve plus qu’il n’exprime.

Un papa attentionné, très attaché à ses filles pour qui le « je t’aime » s’exprimait plus par ses attentions que par des mots.

Sa carapace semblant s’effacer plus facilement aujourd’hui avec ses petits enfants.

Je me souviens d’un arc en ciel de brides de vie, de petits riens qui sont finalement tellement tout, une fois adulte.

Et puis du haut de mes 35 ans, il y a un autre souvenir que j’ai de lui.

C’est celui de le voir partir. Le soir surtout.

Ce rythme de vie bien particulier pour lui, mais aussi forcément pour nous.

Une carrière complète dans l’imprimerie c’est 40 ans de travail en 3/8.

Clairement le mot « sommeil » garde une définition très approximative chez lui comme, je pense, chez tous les gens aux horaires décalés.

Petites, on vivait donc nous aussi, avec lui, au rythme des 3/8. J’avais un papa tantôt du matin, tantôt de l’après midi, tantôt de nuit.

Chaque semaine, notre petite famille s’adaptait donc à son travail.

Je me rappelle de ces matins où après sa nuit de travail, il tentait péniblement de rester éveillé, les yeux lourds, sur le canapé, pour pouvoir nous amener à l’école.

Je me rappelle aussi que certaines semaines, après l’école, à la maison le silence était requis. Pas de copine à la maison. Les volets de sa chambre fermés, il dormait à l’heure de notre goûter.

Mais ce dont je me rappelle le plus, c’est ses départs du soir.

C’est ces semaines là qui m’auront sans doute le plus marqué.

Ce bisou du soir, où tu vois ton papa partir quand les rues sont sombres et désertes. Quand à l’heure du coucher tu aimerais avoir ta famille réunie, lui prend sa voiture pour rejoindre son travail.

La route, la nuit, l’hiver, le danger, les chauffards. Je me souviens que les aux revoirs du soir avaient une dimension particulière.

Je me souviens de cette fausse sérénité où passée une certaine heure, le téléphone avait interdiction de sonner…

 

Ma douce … Ma petite fille… 💙💚💛💜❤️

Ma petite fille …

A toi ma douce,

Je sais que ton énergie est débordante,

Je sais aussi que ton enthousiasme pour tout vient de cette peur potentielle de passer à côté de quelque chose,

Je sais que tu es maligne et que ta mémoire est sans faille,

Je sais qu’un endroit ou une personne vu une fois, toi tu ne l’oublieras pas,

Je sais que tu aimes réussir et détecte déjà en toi un vrai caractère de compétitrice,

Je sais aussi qu’à l’inverse quelque chose qui ne t’intéresse pas, sera complètement freiné dans ton esprit,

Je sais que tu es dotée d’une incroyable empathie pour ton âge et que tu ne passes jamais à côté d’une personne en difficulté sans l’aider ou d’un enfant en pleurs sans chercher à le consoler,

Je sais que la tristesse ou la maladie chez l’autre sont des choses qui t’affectent et te travaillent,

Je sais que tu es heureuse qu’en étant entourée et qu’être seule n’est pas pour toi,

Je sais que tu as de l’humour et que tu es capable de nous surprendre avec des blagues déjà de haut niveau,

Je sais que ton vocabulaire impressionne et que tu tiens des conversations sans souci avec des adultes,

Je sais que partout ta frimousse attire et que tu sais en jouer,

Je sais que tu ne laisses pas indifférente et que ton aura t’aidera dans la vie,

Je sais qu’il faut que tout aille vite et que ta patience est limitée,

Je sais que tu es déterminée et que ton éducation ne sera pas simple tous les jours,

Je sais aussi que tu es un électron libre, pas toujours facile à canaliser,

Je sais que tu dévores la vie autant que tous tes repas,

Je sais que peu importe où et avec qui, partout tu te sens bien.

Je sais beaucoup de choses de toi ma princesse. Je constate que finalement ton caractère bébé est quasi similaire à ton caractère d’enfant.

Il n’y a qu’une chose qui continue de m’intriguer.

C’est cette idée ancrée dans ta tête que tu es grande.

Je sais qu’à 3 ans les enfants sont en pleine quête d’autonomie.

Cette autonomie tu l’as et tu sais t’en servir.

Ce qui me surprend c’est cette image décalée que tu sembles avoir de toi.

Tu sembles parfois si loin de tes 3 ans.

J’ignore comment tu te positionnes face aux autres, face au monde.

Du haut de tes presque 1 mètre je ne sais pas ce qui peut t’amener à penser que tu es bien plus grande qu’en réalité.

Tes réactions me surprennent, m’interpellent aussi.

Je sais que régulièrement il est nécessaire de te ré-expliquer ton statut de petite fille.

Je sais qu’à la Crèche, tu te sens presque intégrée à l’équipe d’animation, prête à faire de ta journée la même que la leur.

Du mimétisme ?

Sûrement un peu mais sûrement pas que …

De la maturité ?

Sûrement un peu mais sûrement pas que …

Il m’aura fallu plusieurs minutes pour te répondre et me rendre compte de ce que tu venais de dire quand un été déjà, a seulement 2 ans 1/2, tu m’as répondu : « monte à la maison maman, après moi je rentre d’accord ? t’inquiète pas ». Pour rester jouer en bas un soir, la nuit tombée, avec des enfants qui avaient au moins 4 fois ton âge.

Je reste scotchée quand je te vois courir à toute vitesse après des filles de 14 ans que tu connais tout juste et leur crier « attendez mes copines moi aussi je viens avec vous ».

Mamajolie évidemment qu’une femme enceinte c’est magnifique, non maman n’est pas enceinte et toi non plus ma princesse. Tu fais chavirer le cœur de ton père en disant que tu as un bébé dans le ventre. Et vraiment, pour le bien de tous, prends le temps.

Et puis je te reprends à chaque fois que tu interpelles des enfants ou des ados par « petite fille » ou « petit garçon », non mon amour eux ils sont grands, c’est toi la petite.

Je manque de m’étouffer quand de retour d’une visite chez tonton, dans la voiture, tu nous dit le plus naturellement possible « la prochaine fois c’est pas la peine de venir avec moi hein, j’irai toute seule chez tonton avec ta voiture ».

Alors non ma douce, les clés sont cachées et en hauteur car je suppose de quoi tu serais capable.

Des anecdotes comme celles-ci j’en ai des dizaines. J’ai donc des dizaines de fois pris délicatement le temps de t’expliquer, de te recadrer, de replacer les choses dans leur contexte.

Rien n’y fait… cela semble ancré dans ta tête et c’est la vision que tu as de toi.

Pourquoi ? J’essaye de le savoir et ne désespère pas.

Tu n’as que 3 ans ma douce et crois moi profite,

aujourd’hui ta vie n’est que bonheur !

Maman a aussi un prénom

Je me suis formée aux gestes de Premiers Secours (Formation SST)

Je me suis formée aux gestes de 1ers secours (SST)

Chaque année au boulot, il m’est demandé quelle formation je souhaiterais suivre… Chaque année je réponds la même chose…

3 ans que je demande à passer la formation « Sauveteur Secouriste du Travail » aussi appelée formation SST.

Mes fonctions font que j’en ai organisé des dizaines et bizarrement je n’ai pourtant jamais réussi à y participer.

Cette année, j’ai donc tout bonnement décidé de rajouter mon nom sur la liste ! Comme on dit, dans la vie on n’est jamais mieux servie que par soit même !!

Un minimum de 4 personnes étant nécessaire pour l’INRS, j’ai trouvé que je faisais une parfaite 4ème personne 😉.

Pourquoi je voulais suivre cette formation ?

C’est un mercredi soir en regardant Grey’s Anatomy et ses docteurs sexys que …

Mais nooooon, la blague !!! La raison est bien plus réaliste … Elle se résume en 2 mots :

La vie – Ma fille

Par chance, je n’ai été confrontée qu’une fois à une situation de crise suite à un malaise de Monsieur avec pompiers, sang et tout et tout…

Je sais qu’un accident peut vite arriver, n’importe où et à n’importe quel moment.

En participant à cette formation, je souhaitais tout simplement ne pas me sentir complètement démunie si un jour … si un jour quelqu’un avait besoin de moi.

La formation SST s’est déroulée sur 2 jours « intenses ». Résultat 5 pages recto-verso de notes !

Les sujets abordés sont aussi variés que le type d’accident possible.

Plaies ouvertes, plaies internes, membre sectionné, fractures, AVC, perte de connaissance, crise d’épilepsie, étouffement partiel et total, brûlures internes et externes, ingurgitation de produits toxiques et même… La « bobologie » celle à laquelle toutes les mamans sont confrontées au quotidien et que nous arrivons assez bien à gérer avec un pansement et un bisou magique !

2ème jour réservé à la pratique.

Je suis donc dorénavant capable de positionner une personne en PLS – Position Latérale de Sécurité. Malade sur le dos, on positionne son bras le plus proche de nous en position pliée à 90%, puis on glisse son autre main sous sa joue, on plie sa jambe opposée à nous et on bascule la victime vers nous.

Cette position permet de mettre le malade en sécurité et lui éviter gênes respiratoires et risque d’étouffement avec sa langue.

Cas concret, la formatrice a sorti les mannequins : un adulte et un bébé. Nos regards en disaient longs, c’est sûrement la que les choses se sont corsées pour nous tous. Difficile de ne pas faire le rapprochement avec nos enfants.

Formation SST

J’ai donc appris à faire un massage cardiaque sur un bébé qui s’effectue avec 2 doigts seulement, sur un enfant qui se fait avec une main et sur un adulte qui nécessite l’utilisation des 2 mains.

J’ai aussi appris à utiliser un défibrillateur. Je suis admirative face à cette magnifique invention !!!! Comment l’activer, comment positionner les 2 patchs sur la poitrine…

Je me suis mise à genou au sol à côté de mon mannequin et j’ai massé sous les ordres du défibrillateur : massez – massez – massez – massez – massez … 2 minutes qui paraissent… interminables.

Formation SST

Un rythme soutenu et très physique, bras tendus pour donner un maximum de force à notre geste. Je suis restée scotchée quand la formatrice nous a précisé que le message cardiaque pouvait casser quelques cotes.

Le défibrillateur m’alerte reprendre le relais, un vrai soulagement !!!!

C’est lui qui s’assure de la reprise ou non du cœur, puis me redonne l’ordre de massez – massez – massez … 100 compressions par minute. Ces gestes sont loin d’être anodins, ces ordres ont raisonné plusieurs jours dans ma tête.

C’est l’avantage de cette formation, une partie intéressante de théorie mais aussi une grosse partie de pratique largement indispensable.

Est arrivée l’heure des jeux de rôle chacun notre tour avec une fausse plaie ouverte au bras pour moi. De quoi tester mon collègue sur un cas d’urgence.

Formation SST

Devenir SST ne signifie absolument pas devenir Médecin. C’est effectuer les bons gestes, éviter les sur-accidents impliquant des personnes supplémentaires, c’est aussi détecter quand intervenir ou ne pas intervenir, c’est savoir également se protéger soi-même et surtout prévenir.

C’est pour cela qu’au programme, nous avons aussi eu un petit rappel sur les différents numéros d’urgence à composer (18 ou 15 ou 115 ou 3624) et surtout quand les composer en fonction des différents cas.

D’ailleurs le saviez vous ?

Très bientôt nous composerons tous le 112 (déjà en fonction) qui deviendra le seul et unique numéro d’urgence pour tous les européens.

Formation SST

A l’issue de cette formation, je suis aussi passée à la pharmacie pour mieux m’équiper.

Je suis sortie de ces 2 jours la tête pleine d’infos, je dirai même sur le coup prête à intervenir. Et puis les jours sont passés, j’ai toujours les infos dans ma petite tête mais je sais que ma journée de recyclage dans 3 ans ne sera pas du luxe.

Je l’ai attendue 3 ans mais qu’est ce que je suis contente de l’avoir enfin suivie cette formation !!!!

Consacrer 2 jours de sa vie, pour peut être un jour sauver une vie !

Pour ceux et celles qui le sentent car soyons clairs, nous ne sommes pas tous attirés par cette formation, n’hésitez pas à la demander au travail. Vous pouvez aussi vous inscrire auprès de la Croix-Rouge.

Petit QUIZZ rapide (je donnerai les réponses en commentaire):

– Pourquoi la couverture de survie à t’elle 2 couleurs ?

– Si une personne se coupe un doigt, comment réagir pour conserver le membre jusqu’à l’arrivée des secours ?

– si une personne fait une crise d’épilepsie dois-je la sécuriser en lui maintenant la tête ? Et le corps ?

Elle est inscrite à l’école et propre !!

Elle est inscrite à l’Ecole et propre !! 👍

Ça fait des mois que Mamajolie nous bassine avec l’Ecole !

L’année dernière elle était « une petite » toujours fourrée avec les « grands ».

Dès le mois de mai, elle ne pensait qu’à ça … Aller à l’école !

L’année dernière pour tout te dire, nous avons dû faire face à une très grosse frustration qui a duré plusieurs semaines, allant même jusqu’aux larmes.

J’ai passé des longs moments avec elle pour lui expliquer que ce n’était pas une punition mais juste qu’elle était plus petite et que son tour viendrait.

C’est quelque chose qu’elle a eu beaucoup de mal à comprendre et surtout à admettre. Allant même jusqu’à se comparer en taille avec les autres 😂.

Mamajolie n’est pas en retard, loin de la. Soyons clair, à ma connaissance elle n’est pas non plus « précoce » mais parle très bien donc à besoin de beaucoup échanger avec les autres. Elle qui s’amusait tous les jours avec ses copains et copines n’a pas compris en quoi ils étaient plus grands qu’elle ? Ni pourquoi ils accédaient pratiquement tous à ce « privilège » EUX !

Difficile de voir pratiquement toute sa section partir mais avec 8 mois voire 1 an de plus qu’elle, il était logique qu’ils rentrent à l’école.

D’ailleurs je te parlerai très bientôt de la crèche de Mamajolie et tu comprendras pourquoi je n’ai pas cherché à l’inscrire prématurément à l’école. D’autant qu’en tant qu’enfant déjà en crèche donc en collectivité, elle n’était pas prioritaire pour intégrer l’une des rares classes de « touts petits » dans ma ville !

Alors forcément… elle qui se sentait déjà grande l’année dernière, se sent encore PLUS GRANDE cette année !

Elle reste sur son décalage, materne tout le monde, imite les adultes et garde le sentiment cette année que les autres enfants de sa section sont plus petits (4 ont soufflé leurs 3 bougies avant elle quand même).

Tu l’auras compris, on n’avait pas intérêt d’oublier…. Cette année fallait absolument l’inscrire à l’école !!

Notre légendaire statut de parents mega-vachement-archi bien organisés, c’est J-1 avant la clôture des inscriptions que nous avons foncé un soir à la Mairie !!

Mais c’est fait !!!!!!!!

Mamajolie est inscrite !!! 🎉🎉🎉

En septembre, elle aussi ira dans une école de grands !!

L’autre bonne nouvelle c’est qu’elle est propre !!! Double 🎉🎉🎉.

Mamajolie va sur le pot depuis ses 21 mois. Jusque là elle alternait entre pot et couches.

Et puis je me suis rendue compte qu’elle profitait un peu de la situation et de la facilité d’avoir une couche. Au final, cela finissait plus par l’embrouiller que l’aider.

Elle était prête ! En début d’année, nous avons définitivement arrêté de lui mettre une couche.

Si accident il doit y avoir, accident il y aura ! Et Accident il y a eu 2 fois !

Couches de la sieste sèches, couches complètement supprimées la journée.

Dans la foulée, couches sèches au réveil, couches supprimées la nuit.

Elle est propre de jour comme de nuit !! C’était pas plus compliqué que ça !

Très clairement l’approche de son anniversaire, ses 3 ans et son énorme envie de rentrer à l’école ont beaucoup joué dans sa motivation !!

Mamajolie a bien compris que les couches n’étaient pas les bienvenues dans les écoles de « grands ».

En tant que maman voici mes petites astuces pour l’aider :

– installation d’une boîte à livres dans les toilettes. Elle nous a été bien utile, surtout dans les débuts. Choisir puis regarder un livre sur le pot l’a aidé à se canaliser et à prendre son temps.

La boite à livres
La boite à livres

 

La course !! Bon rigolez pas mais faire en même temps qu’eux ça les motive !! Et encore plus quand ils gagnent !!

 

Choisir les bons produits. On avait déjà un pot évolutif et confortable (je t’en parlais ici) mais qui dit grande, dit envie des grands toilettes !
J’avais eu un coup de cœur ❤️ pour la marque LUMA et ses produits modernes, pratiques et design ! On a donc opté pour leur réducteur de toilette et leur petite marche assortie pour qu’elle puisse se sentir autonome dans cette étape. Gris étincelant pour chez nous mais ils existent plusieurs coloris.

Le marche pied LUMA
Le marche pied LUMA

 

Si comme moi tu aimes que les accessoires des enfants s’harmonisent aussi avec à ton intérieur, tu devrais y trouver ton bonheur !

 

Le réducteur de toilette LUMA
Le réducteur de toilette LUMA

 

Un calendrier offert par sa tâta et des gommettes. Et oui pas grand chose et pourtant ! C’est avec fierté que Mamajolie colle chaque jour ses petites gommettes ! C’est aussi un bon moyen pour l’encourager et qu’elle puisse avoir une idée de ses progrès. Ici on est parti pour 1 gommette = petite commission – 2 gommettes = grosse commission.

Gommettes apprentissage de la propreté
Gommettes apprentissage de la propreté

 

On a donc dit Adieu à nos couches TIDOO !! Mais après avoir pris autant soin de son petit fessier pendant 3 ans, pas question de dire Adieu aux autres produits de la marque !!

Produits soin bébé TIDOO
Produits soin bébé TIDOO

Je sais que plusieurs d’entre vous ont aussi des enfants qui entrent en maternelle alors inscrit ou pas encore ? Propre ou c’est en cours ?

Point Shopping :

La marque LUMA est une filiale de la marque BABY TO LOVE. Couleurs pastels, design épuré, leurs accessoires sont faits pour s’intégrer parfaitement à tous les intérieurs.

LUMA

LUMA

 

Tu peux retrouver le réducteur de toilette et le marche pied LUMA :

La marque TIDOO en quelques mots ? Les derniers tests parus dans 60 millions de consommateurs font froid dans le dos. Ça parait insensé, incompréhensible, hallucinant et pourtant….les résultats des analyses sont là, plusieurs marques n’hésitent pas à trahir notre confiance de parents en utilisant des composants nocifs, dangereux et inutiles dans leurs couches.

A la naissance de Mamajolie, j’ai fait comme beaucoup de mamans, je me suis orientée vers la marque de couches la plus connue. Et puis au fil des mois, les différents articles que j’ai lus m’ont rapidement fait changer d’avis.

Plus question de mettre n’importe quoi sur son derrière ! J’ai opté pour la marque TIDOO qui correspond à mes attentes. C’est une marque bio et écologique qui propose en plus des couches biodégradables et surtout à des prix abordables !!!

Plus de couche maintenant pour Mamajolie mais on utilise encore beaucoup leurs lingettes et leurs produits de soin.

Pour découvrir TIDOO si ça t’intéresses et que tu souhaites en savoir plus : clique sur moi

Pour finir, petite confidence du soir entre ami(e)s je suis une grande psychopathe des toilettes publics !! J’ai l’impression de rentrer dans des nids à microbes dans lesquels je dis 100 fois à Mamajolie « touche à rien surtout c’est sale !! Mais voilà quand ton enfant est propre impossible de passer à côté de ces endroits alors voici mon meilleur allié en sortie, le petit sachet ORGAKIDDY de protèges toilettes qui est nickel et qui se glisse dans mon sac à main :

Protèges toilettes ORGAKIDDY

 

Ou les trouver ? En pharmacie et parapharmacie.

Ce matin où sans raison, elle s’est mise à boiter ….

La mésaventure de Mamajolie

Il y a quelques semaines, un samedi matin ordinaire, Mamajolie se réveille en douceur puis arrive dans le salon.

Une nuit paisible, une Mamajolie qui semble en pleine forme.

Et pourtant, il n’aura fallu que quelques minutes à son papa pour détecter un souci chez sa fille.

Une démarche inhabituelle qui l’interpelle tout de suite.

On fait défiler Mamajolie dans le salon d’un bout à l’autre de la pièce. Encore et encore…

Et en effet, ce n’est pas immédiatement flagrant mais nous constatons bien un souci.

Sa jambe ? Son genou ? Son pied ?

Maman a aussi un prénom

Difficile à déterminer. D’autant qu’à même pas 3 ans, Mamajolie a encore du mal à situer précisément une potentielle douleur.

Nous la questionnons, peut être une chute la veille à la crèche ? As-tu mal ? Tu es gênée en marchant ?

Il suffit de poser des questions pour obtenir des réponses parfois tout droit sorties de son imagination.

Nous décidons donc de la laisser tranquille et de l’observer discrètement.

Elle ne se plaint de rien. Arrive malgré tout à s’allonger, s’assoir, marcher et peut même s’accroupir…

Mais il y a bien quelque chose qui semble comme bloquer sa jambe droite et engendrer une boiterie.

 

L’après midi, la descente de nos 3 étages sans ascenseur sera révélatrice, elle a du mal et prend son temps.

Comme toujours, il faut que les pépins de santé arrivent… Le week-end !! Va savoir pourquoi…

Direction les Urgences Pédiatriques.

Le ton est donné. A l’entrée, des grandes banderoles affichent « personnel en grève » !!! Et même si en tant que patient, il est forcément désagréable d’attendre des heures, je compatis de tout cœur avec ces salariés au métier bien difficile qui souhaitent juste exercer dans de bonnes conditions… Pour nous les patients avant tout.

C’est sans surprise que nous avons passé de très très longues heures dans cette salle d’attente surchauffée. Tenant compagnie à des enfants plus blancs que blanche neige touchés par l’épidémie de gastro et des touts-petits bébés avec des gènes respiratoires importantes.

Le cas de notre petite « boiteuse » souriante n’était forcément pas le cas prioritaire.

Maman a aussi un prénom

Le Médecin nous reçoit enfin mais se questionne sur notre venue. La boiterie n’est pas choquante, pas comparable avec une cassure ou une fêlure par exemple.

Il la fait marcher dans les couloirs, puis courir… Jambe droite ? nous dit-il.

Yes – Bravo Doc !

Verdict, il voit bien lui aussi une anomalie côté droit.

Nous ne sommes donc pas des parents paranos, surprotecteurs, qui rêvaient de passer 6h un samedi aux urgences.

Un bilan sanguin est demandé. Retour du labo : Taux des plaquettes trop bas. Signe d’un virus ou d’une infection.

Direction le shooting photos, Mamajolie doit dans la foulée en urgence passer une IRM mais aussi une échographie de la hanche. Courageuse et sage comme une image, elle a assuré ! ça c’est ma fille !! 😜

Au fil des examens, les maladies graves sont écartées mais nous devons surveiller l’évolution de Mamajolie et l’on nous demande de revenir lundi.

Lundi matin (l’empereur, sa femme et le petit prince sont venus… euh je me perds là…) pas de boulot, nous voilà de retour à l’hôpital.

Re-bilan sanguin pour faire un point sur le virus détecté samedi. Taux des plaquettes redevenus presque à la normale.

Nous pouvons rentrer à la maison mais il nous est donc demandé de prendre RDV avec un orthopédiste très rapidement. Et là… c’est un vrai combat ! qui nous aura valu de nombreux appels. Quelle galère pour obtenir un rendez-vous « urgent » chez un spécialiste !

La chance que nous avons eue c’est que nous sommes tombés sur une orthopédiste géniale et spécialisée dans les enfants (80 € la consult’). Elle a examiné Mamajolie et le verdict est tombé :

 Rhume de la Hanche

C’est la 1ère fois que j’entendais parler de cette maladie !

Elle touche les enfants et essentiellement les garçons qui représentent les 3/4 des cas.

En général, cette maladie se déclenche entre 3 et 10 ans. Mamajolie n’avait pas encore 3 ans et fait donc partie des rares cas de fille.

C’est une maladie Bégnine. Le rhume de la hanche fait suite à une infection ou petit virus que le corps de l’enfant a eu du mal à combattre (type rhume, gastro, angine…) créant une petite poche de liquide inflammatoire dans l’articulation, en l’occurrence la hanche.

La poche formée peut-être plus ou moins grosse en fonction des cas, n’est pas vraiment douloureuse pour l’enfant mais extrêmement gênante d’où le fait que du jour au lendemain, Mamajolie s’est mise à boiter.

Il lui a donc été prescrit des anti-douleurs, beaucoup de repos et tout est rentré dans l’ordre en 15 jours (cela peut parfois prendre 1 mois).

Et nous avons enfin retrouvé notre Mamajolie et sa démarche de star !!

Cette mésaventure m’a fait découvrir cette maladie peu connue et en tant que maman, j’ai pensé qu’il était intéressant de partager aussi avec vous ce retour d’expérience.

Si vous constatez une boiterie chez votre enfant du jour au lendemain, il est important de faire comme nous et de consulter un médecin dans la journée.

Vous connaissiez ou aviez déjà entendu parler

du rhume de la hanche vous ?

Imposez votre choix au Mac Do !! Un jouet ou un livre ?

Mac Do -Happy Meal : un Jouet ou un Livre ?

 

Je suis cette mère qui suit de près les repas de Mamajolie, qui a passé des heures en cuisine à lui préparer tous ses repas maison mais je suis aussi cette mère qui l’a récemment amenée 2 fois au Mac Do.

Je ne te cache pas que la Mamajolie a un bon coup de fourchette, elle aime et mange vraiment de tout !! Un vrai bonheur !

J’ai donc il y a peu re-découvert le Happy Meal !

Cette petite boîte contenant un menu pour enfant et une surprise.

1er passage au Mac Donald’s, j’étais tellement concentrée à choisir le contenu de son menu, que je n’ai même pas fait attention au jouet. C’était un petit jouet type faux maquillage avec un jeu de codage il me semble.

2ème passage, le serveur m’a demandé fille ou garçon ? Fille ! Et hop dans le sac. Une fois à table je découvre un petit jouet rose en forme de robe.

Et puis en repartant, je passe devant la vitrine de présentation des jouets. J’arrête un serveur et lui demande comment fait-on pour avoir un livre ?

La réponse est simple : il faut le demander quand vous commandez un Happy Meal !

Ah… c’est à dire qu’on ne nous l’a même pas proposé en fait. A aucun moment, on m’a demandé de choisir entre un jouet ou un livre.
Parce que clairement mon choix et la connaissant, même celui de Mamajolie, ce serait forcément tourné vers le livre.

Super gentil, il nous a offert celui ci :

Livre du Mac Donald’s

On ne m’y reprendra plus !! Non non !! Je le demanderai dorénavant directement à la caisse !

 

D’autant qu’aujourd’hui sort une très belle collection de 12 livres.

Et attention, ces petits livres aux Éditions Hachette sont écrits par :

Marc LEVY lui même !

Ils mettront en avant les expressions de la langue française les plus populaires.

Livres Marc LEVY – Mac Donald’s

 

Vous découvrirez alors les livres :

– Rire comme une baleine
– Chanter comme une casserole
– Haut comme 3 pommes

Qui seront les premiers titres…

Suivront :

Ronfler comme un sonneur – Têtu comme une mule – Bavard comme une Pie – Heureux comme un Roi – Malin comme un singe – Comme deux gouttes d’eau – Léger comme une plume – Simple comme bonjour – Comme un chien dans un jeu de quilles.

Ils proposent tous en plus des petits jeux de « cherche et trouve ».

 

Une jolie association de talent, entre la plume de Marc LEVY

et le crayon de Florent BEGU qui a réalisé et dessiné toutes les illustrations.

 

Et qui a aussi réalisé, rien que pour Mamajolie, ce magnifique tableau reçu aujourd’hui représentant la couverture du livre « Rire comme une Baleine ».

 

 

C’est un magnifique cadeau, un TRÈS grand merci pour elle.

Livres Marc LEVY – Mac Donald’s

Alors si je peux me permettre un conseil, lors de votre prochain passage, surtout n’hésitez plus et réclamez vous aussi le livre pour commencer la collection.

Un 80% avec un enfant c’est indécent ??

Enfant Maman a aussi un prénom

Un 80% avec un enfant c’est indécent ??

Voilà la question que je me pose depuis un certain temps.

J’admets que les récents changements au boulot sont venus raviver fortement cette envie.

Etre maman :

  • ce n’est pas toujours simple,
  • maman salariée non plus,
  • maman, salariée, femme, blogueuse encore encore moins.

Et je le sais bien, c’est pourtant le quotidien de beaucoup d’entre nous : maison – boulot – enfant(s).

Mais voilà, ce trio ne me plait plus.

Ou en tout cas, plus comme ça !

J’ai le sentiment de ne pas assez m’épanouir, d’être un peu frustrée au travail, à la maison, avec Mamajolie et avec le blog.

Enfant - Maman a aussi un prénom
Maman a aussi un prénom

Au final, une course quotidienne qui n’atteint pas l’épanouissement qu’elle mériterait…

J’ai parfois l’impression de plus subir et courir, que de profiter du positif que chacun de ces maillons peut m’apporter.

La vie file à une vitesse incroyable alors « pause » et moi la dedans ??

Être à son compte : sûrement mon rêve ultime. Avec la possibilité de gérer mon temps, mes horaires, de mettre la 5ème quand il le faut mais de pouvoir rétrograder en 2de pour profiter d’un petit moment de bonheur en famille même en pleine journée.
Derrière le rêve, il y a forcément aussi la réalité car c’est aussi perdre une stabilité financière, ses collègues et surtout, c’est trouver une compétence intéressante à vendre. Me reste encore à la trouver…

J’aime travailler, j’aime ce contact humain, j’aime découvrir et apprendre, j’aime échanger.

Ce qui me fait penser que mon statut de salariée dans une grande boîte est quand même en adéquation avec mes besoins.

Alors, j’ai une autre option …

Le changement de mon contrat en un 80%.

Je me dis que c’est peut-être ça la solution. Une journée de moins au travail serait une journée de plus pour moi, pour profiter de Mamajolie, pour m’occuper un peu de la maison ou pour écrire sur le blog.

Pourtant, quand discrètement au détour d’une conversation j’ai abordé l’idée d’un 80% j’ai été un peu (beaucoup soyons franche) surprise de l’image que cela renvoyait :

– Salariée plus motivée par son poste
– Maman qui n’arrive pas à s’en sortir (et pourtant elle n’a qu’un enfant)
– Femme qui doit avoir une situation financière drôlement confortable
– Jusqu’à l’idée que ce soit qu’un petit délire passager

Oui c’est vrai que je n’ai qu’un enfant.

C’est indécent un 80% avec un enfant ??

Effectivement, cela peut avoir une conséquence sur ton évolution professionnelle (et encore pas toujours) mais pourquoi ta motivation ou ton implication devraient être remises en cause ? Effectivement, cela a un impact financier quand tu prends ton salaire X € x 0,20 = Y € de perte de salaire – C’est un montant non négligeable d’autant qu’une perte des jours de RTT par exemple vient aussi s’ajouter.

Mais non pour l’image de la mère qui a du mal à gérer ou qui se sent dépassée !

Je ne suis pas d’accord avec cette image culpabilisatrice sous prétexte que tu voudrais une journée de travail en moins, pour toi, pour profiter de ton enfant ou pour faire ce que tu aimes.

Je viens de passer 3 jours de RTT merveilleux à la maison avec ma fille. On est sorti, on a traîné à la maison, on a joué, on a pris le temps de se retrouver en tête à tête elle et moi. Je n’ai jamais eu autant de câlins que ces 3 derniers jours passés avec elle. Elle en avait besoin et moi aussi.

Pour le moment, je n’ai encore rien décidé car c’est une décision qui doit être mûrement réfléchie. Peut-être que je le ferai dans quelques semaines, peut-être que j’attendrai septembre et  l’entrée en maternelle de Mamajolie. Peut-être même que je resterai dans « la normalité » et attendrai l’arrivée du 2ème pour minimiser la perte financière.

Toujours est-il qu’on a qu’une vie et qu’en l’occurrence, celle-ci est la mienne donc autant que je puisse en profiter comme bon me semble…

 

J’aimerai bien avoir votre avis à vous les mamans. Pensez-vous que prendre un 80% quand on n’a qu’un seul enfant c’est indécent ? Certaines d’entre vous l’ont elles fait ? Ou avez-vous attendu le 2ème ? Est ce que c’est quelque chose que vous aimeriez faire ?

(dites moi tout en commentaire juste en dessous)