Catégorie : « Maman vide son sac » et ça lui fait du bien !

Joyeux anniversaire Emma – 2 ans que tu es née…

Joyeux Anniversaire – 2 ans que tu es née…

18 février 2014

Il est 20h00. Au programme rien d’exceptionnel. Papa nous a concocté un petit plateau-repas devant la télé. Mon ventre est énorme, mes jambes en pleine rétention d’eau et je suis fatiguée de mes insomnies. L’interphone sonne mais qui c’est ? Surprise c’est un des tontons ! Oui papa a oublié qu’il l’avait invité à manger ce soir !! Je l’accueille donc en jogging et tee-shirt, le tout appartenant à papa ne rentrant plus dans rien. La classe attitude et le glamour n’existaient plus en fin de grossesse. Changement de plan, on rajoute une assiette, on se regarde une comédie sur Canal + tous les 3 et on parle de ton arrivée prévue dans une semaine.

J’ai le ventre qui me tiraille. Tonton nous aura à peine dit au revoir que je sens mon bassin s’élargir d’un coup sous l’effet des contractions. Visiblement t’es prête à nous rencontrer !

Une douche, épilation des sourcils et rangement pour moi, pendant que papa repasse mes derniers vêtements pour la maternité.

2h du matin. Papa ne rigole plus du tout et me tanne pour aller rapidement à la maternité. C’est pourtant pas lui qui me disait il y a quelques semaines « T’as entendu la sage femme, le jour J faut pas se stresser, on restera au maximum à la maison ». Mais biensûr !!!

Maternité nous voilà !!

Le travail commence… tout se passe normalement.

Ce matin, soit 2 ans après, on en rigolait de nouveau avec papa. La perte des eaux !! C’est un sacré moment. Je le revois courir dans les couloirs à la recherche d’une sage femme… Paniqué de ne trouver personne pour finalement lui entendre dire « euh oui monsieur mais c’est pas grave c’est bien, nous finissons un accouchement et on arrive ». Il est revenu anéanti !

Les contractions sont devenues intenses et super-méga-archi douloureuses ! On en bave quand même nous les femmes. Et sinon, il arrive quand le monsieur anesthésiste parce que là ça fait un peu mal quand même ?

Ouverture à 7, wahou ! Il arrive quand déjà ? C’est là que la gentille sage femme m’a proposé avec beaucoup de sérieux  » le temps qu’il arrive vous serez à 8, vous êtes au bout des plus fortes contractions, vous êtes sûre de vouloir une péridurale ? Vous ne voulez pas essayer de tenir jusqu’à l’accouchement ? J’ai pas compris si elle rigolait ou pas ! Mais fais le venir et dépêche toi !

Une bonne grosse piqûre dans le dos et tu ne sens plus rien c’est magique !

Seul problème, la tête d’Emma se positionne mal ce qui l’empêche de sortir.

Césarienne ! Le mot était prononcé. C’était LA chose que je redoutais le plus. LA chose que je voulais éviter. J’ai pleuré et pendant 2h à chaque montée de contractions j’ai poussé et poussé pour l’aider à venir.

Rien à faire, ce sera césarienne. Mon opération aura été menée par 2 chirurgiens dont un grand professeur, très réputé dans tout l’hôpital. Je n’ai d’ailleurs jamais su pourquoi ce fut lui mais cela m’a valu quelques questions après du type « vous êtes une proche du professeur ? ». Mystère…

Tout ce que je sais, c’est que je lui dois cette belle cicatrice magnifiquement faite et presque invisible aujourd’hui.

Peau à peau avec papa et je te découvre…

J’ai l’impression que c’était hier… et pourtant, c’était il y a déjà 2 ans.

Mon bébé devient aujourd’hui une toute petite fille.

Mon bébé parle, mon bébé court, mon bébé chante, mon bébé danse, mon bébé se lave et mange toute seule, mon bébé va à la crèche, mon bébé fait des bêtises, mon bébé ouvre les portes, mon bébé rit, mon bébé dessine, mon bébé fait des blagues, mon bébé allume les lumières, mon  bébé m’appelle, mon bébé fait des câlins…

Mon bébé fait tant de choses aujourd’hui… et surtout, mon bébé illumine chaque jour ma vie, notre vie.

Tous les jours mon cœur bat pour elle, c’est ma petite fille et je l’aime plus que tout.

Joyeux anniversaire Emma !

Tes parents qui t’aiment à la folie

Maman a aussi un prénom

 

Lettre ouverte à mon mari

LETTRE OUVERTE A MON MARI

Aujourd’hui, je ne parlerai pas d’enfant…
Aujourd’hui, je ne parlerai pas de moi…
Aujourd’hui, je parlerai de lui et que de lui !

Maman a aussi un prénom

Lui, c’est mon mari, celui que je nomme ainsi dans ma vie de tous les jours.

Pourtant pas mariés, nous sommes bel et bien unis depuis 20 mois par une alliance en Or 24 carats sertie de diamants à la valeur inestimable et qui s’appelle Emma.

Notre alliance c’est elle, c’est elle qui nous lie à vie l’un à l’autre, c’est elle qui a fait de nous une famille.

Il n’est donc plus uniquement que mon mari, il est aussi son PAPA.

Deux rôles bien différents à mes yeux, deux aventures qui s’entrecroisent, deux talents à exercer au quotidien.

Comme pour les mamans, cela n’est pas toujours simple pour eux aussi.

Peut-être est-ce une erreur mais je ne lui ai encore jamais livré mes sentiments de façon aussi spontanée et sentimentale.

Aujourd’hui, je lui dédicace donc ce texte rien que pour lui.

Non pas pour le remercier … car on ne dit pas merci à un papa qui assume son rôle mais pour lui dire à quel point je le trouve très beau dans son costume de papa.

« Tu m’as soutenue à chaque étape de ma grossesse, tu as tout partagé avec moi et seras même devenu ma béquille (au sens propre comme au figuré) lorsqu’à 5 mois une très forte rétention d’eau me bloqua douloureusement les genoux.

Tu nous as guidées ta fille et moi avec patience et amour jusqu’au jour J, jusqu’au jour de sa naissance, masquant au mieux ce regard que je découvrais pour la 1ère fois rempli d’angoisse et d’émotion à l’annonce du passage en urgence en césarienne.

Puis ta princesse est née, ses premières minutes de vie c’est contre toi, son papa, qu’elle les a passées, au chaud contre ta peau, c’est ainsi, au creux de tes bras, délicatement collée à toi, qu’elle a découvert ce nouveau monde.

Toi ce grand dormeur, tu n’as jamais hésité à te lever la nuit, parfois même plus vite que moi, détectant avec précision le moindre mouvement ou pleur d’Emma.

Emma c’est la fille à papa de l’amour, aaaaah ta fille… elle est gentille, marrante, intelligente, belle, drôle. C’est avec une telle fierté que tu parles d’elle que j’en suis parfois toute émue.
Et ce ne sont pas tes amis qui nous diront le contraire.

Tous les soirs, vous avez vos petits rituels : 17h00 tu cours la récupérer à la crèche et cela sans jamais oublier son biberon d’eau, sa couverture si besoin et ses petits gâteaux préférés planqués sous la poussette, rien que pour lui faire plaisir.
Le tout suivi par l’incontournable tour de manège avec Papa au Centre commercial.

Les changes, le bain, le pédiatre, les sorties en tête à tête… rien ne te fait peur, tout est fait avec plaisir et surtout sourire.

C’est sans sourciller que tu m’aides et deviens le Master Chef préféré d’Emma pour lui préparer toi aussi tous ses repas maison : épluchage, coupage, cuisson vapeur et mise en petits pots n’ont plus aucun secret pour toi.

Il m’est parfois arrivé d’être surprise par l’ampleur que pouvait prendre une chute, un bleu, un bobo sur ta fille jusqu’à ce que je comprenne que si elle a mal = tu as mal et que c’est ton cœur lui seul qui parlait, bloquant sur le moment toute possibilité de relativiser.
Je souris maintenant en recevant un appel de la crèche le matin pour me prévenir d’une petite chute mais d’une belle bosse sur le visage de notre merveille, également pour que je puisse te prévenir en amont et éviter l’effet de surprise à 17h.

Je vous observe chaque jour tous les deux, votre complicité est déjà grande. Ses yeux posés sur toi sont remplis d’amour, c’est toujours en criant bien fort qu’elle appelle papa et c’est non sans plaisir, qu’elle te taquine la chipie lorsqu’elle dit « non, veux maman ».

Elle est joueuse… tout comme toi, elle t’observe, attend tes réactions, t’imite. Ce qui te donne une grande place aussi dans son apprentissage tantôt sérieux, tantôt rigolo. Toutes ces petites choses faites avec maman mais aussi avec papa l’aideront sûrement à se construire ».

Depuis 20 mois, je crois qu’il n’y a pas un seul soir où tu ne te seras pas délicatement penché au dessus de son lit pour t’assurer qu’elle va bien.

Depuis 20 mois, c’est certain tu vois la vie en rose… le rose de ses vêtements, le rose de la dinette, le rose du vélo…

Depuis 20 mois, ton cœur s’est divisé en 2, une partie pour moi, l’autre pour elle et je le partage pour mon plus grand bonheur.

On se demande parfois quelle place donner au père ?
Je répondrais qu’en tant que maman on ne donne rien, cette place les papas se l’attribuent eux-mêmes chaque jour et à leur façon.

Je dirai aussi qu’il est important de leur dire, au moins une fois, tout simplement qu’on les trouve beaux dans leur costume de papa quand c’est le cas, car ils le méritent.

Certains ne se retrouveront pas dans ce texte, non pas qu’ils soient moins bien, ils sont juste des papas différents.

Certaines ne se retrouveront pas non plus dans ce texte, le papa n’étant pas là et dans ce cas, je leur dis bravo et chapeau bas mesdames !

Ecrit par Solène une maman de 33 ans
Fille d’un papa également en or

Comment se passe un Bapteme Civil ? c’est par ici !!

Le baptême civil

8 mois de grossesse, mes nuits étaient courtes mais mes questionnements nombreux.

C’est durant ces nuits d’insomnie que j’ai réfléchi au bapteme 4nom de famille que porterait Mamajolie (n’étant pas mariés), à mon envie de lui donner un ou deux prénoms, c’est aussi pendant ces nuits que j’ai réellement ressenti le besoin de la faire baptiser.

Le matin, je débriefais avec le papa, argumentant mes envies telle une dissertation (pourquoi – comment – conclusion), le regardant avec mes yeux de maman en détresse et en mettant mon énorme ventre en avant.
On est en super adéquation et osmose avec le papa… Ou alors c’est ma technique qui fonctionne super bien !

Qu’importe… Il m’a tout validé ! Le baptême aussi !

Dans la grande majorité des cas et pour encore beaucoup de gens, le mot baptême s’associe aux mots église, religion, catholicisme. Il s’agit là du baptême religieux.

Et pourtant, il existe un autre type de baptême qui nous correspondait beaucoup mieux : le baptême civil.

Mamajolie est donc née en février et nous l’avons baptisée civilement 7 mois plus tard lors d’une magnifique journée de septembre.

Mais alors c’est quoi le baptême civil ?

Il n’a aucune connotation religieuse, c’est sûrement là, la plus grande différence. C’est un acte laïc.
Il est célébré directement en Mairie, par un élu de votre commune.
L’enfant n’est donc pas baptisé devant Dieu mais devant l’Etat en tant qu’enfant de la République.
Comme dans le baptême religieux, votre enfant aura un parrain et une marraine.
Ils auront des devoirs moraux comme lui inculquer les valeurs de respect, d’égalité, de laïcité, s’assurer du bien être de l’enfant, suppléer les parents en cas de besoin, être présents dans sa vie.
Comme dans le baptême religieux, le baptême civil n’a aucune portée juridique. Les parrains et marraines ne sont en rien les tuteurs légaux de l’enfant en cas de décès des parents par exemple.

Baptême Civil
Baptême Civil

Chez nous c’était comment ? :

Le baptême de Mamajolie eu lieu fin septembre. Il a été célébré par l’adjoint au Maire (cool puisqu’il me connait depuis toute petite habitant dans le même immeuble que mes parents) accompagné de 2 personnes de la Mairie (les dames de l’accueil qui en plus connaissent et adorent Mamajolie). On ne choisit pas ses élus attention mais nous concernant nous avons eu beaucoup de chance d’avoir des personnes qui nous connaissaient bien.
Nous avons choisi (choix évident pour nous) l’un des frères de papa en parrain et ma sœur en marraine. Aucun doute sur notre choix ni d’un côté ni de l’autre ! C’est eux qu’il nous fallait pour Emma !

Baptême Civil – Son parrain

Comment ça se passe ?

Si vous souhaitez faire baptiser civilement votre enfant, vous devez tout d’abord vous rendre en Mairie pour vous assurer qu’elle célèbre bien les baptêmes civils (c’est assez rare qu’elles ne le fassent pas).
Une date sera alors fixée. En l’occurrence un samedi, car les baptêmes civils sont organisés soit entre 2 mariages, soit à la fin des mariages.
La cérémonie se déroule dans la salle des mariages. Vous pouvez y convier des invités (famille et amis), les présences du parrain et de la marraine étant elles obligatoires (ne pas oublier sa carte d’identité le jour J).
Tout le monde prend place. L’élu prend alors la parole expliquant à l’assemblée en quoi consiste le baptême civil ainsi que les rôles qu’auront les nouveaux parrain et marraine.
Un petit discours est possible pour les moins timides.
Pour finir, élus, parents, parrain et marraine signeront tous les documents relatifs au baptême et qui peuvent être différents d’une mairie à l’autre.

Baptême Civil – Sa marraine

Chez nous c’était comment ? 

Comme toujours pour Emma, nous avons fait les choses en grand.
Nous avions environ 30 invités et visiblement notre arrivée a été remarquée ! Ces personnes proches de nous, proches de Mamajolie et que nous portons depuis des années dans notre cœur.
Pour l’occasion, ma marraine « religieuse » n’a pas hésité à faire le déplacement.
Même si le baptême civil n’a pas d’impact juridique, la cérémonie reste très officielle et très forte en émotion.
Ma fille de 7 mois, à la Mairie face à l’adjoint au Maire, notre famille et tous nos amis rassemblés et qui se voit attribuer la marraine et le parrain que nous lui avons choisis. En résumé, j’ai versé très discrètement ma petite larme.
S’en est suivi, un pot offert par notre Mairie (à chaque baptême civil chez nous) sur leur terrasse ensoleillée avec buffet, boissons et serveuse. C’était top !
Puis direction la petite salle des fêtes que nous avions réservée pour l’occasion. Les enfants se sont éclatés. Nous avons passé un après-midi en toute simplicité entre nous.

Un lien particulier se nouera dorénavant avec ce tonton et cette tata qu’elle pourra aussi appeler mon parrain et ma marraine.

Baptême Civil
Baptême Civil

Le baptême civil n’a pas effacé les traditions puisque Mamajolie a reçu une très jolie gourmette en or gravée de la part de sa marraine et son parrain et que chaque invité est reparti avec son petit sac de dragées !

Baptême Civil

Ce fut vraiment une très belle journée,
Une occasion de plus pour réunir autour de nous et d’Emma toutes ces personnes que nous aimons fort,
Une raison de plus de faire la fête,
Un choix de plus pleinement assumé !

Baptême Civil

Les restos entre copines c’est important !

Au fait, jeudi je mange avec mes copines !

 

Chez moi, exit le mardi c’est le jeudi que tout est permis !

C’est mon soir, mon moment de liberté, mon instant à moi. Celui où je rejoins mes copines dans notre resto QG.

Mes copines, je les connais depuis le lycée. 17 ans d’amitié forte et sincère.

Depuis toujours, nous avons mis en place des rituels pour nous permettre de nous retrouver et conserver cette amitié.

En mode « célibataires tout juste entrées dans la vie active », on montait dans notre voiture dès notre journée de boulot finie et direction Paris pour boire un verre. L’été, les terrasses nous accueillaient pratiquement tous les jours.

En mode « casées », nous avons ralenti légèrement la cadence et sommes parties sur un resto filles une fois par semaine.

Puis les enfants sont arrivés, mais on n’a pas lâché ! On a fait face aux activités professionnelles de chacune, pris en considération les obligations de nos maris (ici c’est foot le mercredi) et toutes mis une organisation en place pour les enfants.

Et tous les 15 jours le jeudi, nous sommes encore là dans notre resto QG !

Celui choisit car idéalement situé pour nous toutes, celui dans lequel on se sent comme chez nous, celui où tout le monde nous connait.

C’est aussi là, que j’ai fait péter le champagne pour annoncer à mes copines ma grossesse. Là aussi qu’on est toutes venues avec nos gros ventres squatter les tables avec banquette pour la femme enceinte du moment.

Alors oui, le rendez-vous est passé de 21h à 19h30 parce que maintenant nos vies de maman nous fatiguent forcément plus mais ce resto du jeudi on y tient !

Cette soirée entre filles, c’est l’économie d’une séance de psy assurée.

On lâche prise, parle de tout sans aucun tabou.

4h de discussion, d’échange et de rigolade. Du boulot, aux conjoints, aux enfants, aux trucs sans importance… tout y passe !

Les discussions peuvent même déraper si on parle un peu du passé et partir en gros fou rire ! Et ça nous arrive souvent…

La règle d’or : les enfants et les maris sont strictement interdits !!!

C’est NOTRE soirée, c’est NOTRE moment, c’est NOTRE besoin.

Et nos maris vous me direz ? Ils l’ont bien compris et ils l’acceptent sans souci ce rituel.

Peut-être parce qu’ils nous retrouvent plus détendues et souriantes à notre retour à la maison ?

Et finalement, de qui sont-ils tombés amoureux ? C’est bien de ces filles du jeudi soir.

Doit-on mentir aux enfants ? Le dilemme du pere noel

Doit-on mentir aux enfants ? Le dilemme du Père Noël

On le dit souvent, on l’apprend, on le répète tous à nos enfants : c’est pas bien de mentir !

Et c’est vrai si si…

mentir aux enfants

Mentir c’est d’abord casser la confiance établie entre nous et notre enfant.

Cet échange sans tabou que nous avons essayé de mettre en place au sein de notre petite famille.

Aussi, le mensonge est ressenti comme un loupé ou un échec dans cette relation saine que l’on souhaite avec notre progéniture.

Mais pas que…

Qui n’a pas déjà dit « mais tu peux tout dire à maman « .

Parce qu’un enfant qui ne dit pas la vérité c’est aussi tout simplement très angoissant pour les parents !

Comment savoir s’il va bien ? S’il a passé une bonne journée ? Ce qu’il a fait aujourd’hui ? Si quelque chose ne va pas ? Si finalement l’enfant nous ment.

Nous avons besoin de cette vérité, avouons-le, pour nous rassurer et nous aider dans notre rôle de parents !

Le mensonge ne sera d’ailleurs pas perçu de la même manière chez un enfant de 3 ans pas complètement conscient du mot, 7 ans en pleine période de « je m’invente une vie » ou 16 ans qui là se dit qu’il est plus malin que nous et qu’on n’y verra rien !

Notre réaction aussi d’ailleurs sera différente mais le mensonge peu importe l’âge sera toujours perçu comme négatif.

Et pourtant… C’est là qu’arrive le proverbe « fais ce que je dis, pas ce que je fais ! »

Dans la même catégorie que « ne dit pas de gros mots », il nous arrive aussi à nous parents de mentir.

On ment par fatigue « on ne va pas au parc ce soir mon cœur, tous les enfants sont déjà rentrés » (17h ciel bleu pas sûr mais chuuut), on ment par obligation « tu vas voir le centre de loisirs c’est vachement mieux que les mercredis avec maman », on ment par facilité « si tu ranges ta chambre, tu auras une surprise »…

Un millier de situations se posent face à nous et à cette fameuse question « doit-on mentir à son enfant ? »

Un midi en pause déjeuner l’un de mes collègues me dit « chez nous, on ne fête pas Noël avec les filles ». J’ai d’abord cru à des raisons religieuses mais pas du tout sa réponse fut simple « nous avons décidé de ne pas mentir aux enfants ».

Et finalement, je me dis que ce n’est pas bête comme raisonnement.

Mais alors que fait-on de Noël, de la petite souris, des cloches qui cachent les œufs de pâques ??

A 6-7 ans, ma sœur a appris que les gentilles cloches si généreuses étaient en fait nos parents.

Une scène restée gravée dans la mémoire de ma mère qui nous a raconté l’histoire une fois adulte : « mais si on part en week-end, comment elles vont faire pour mettre les chocolats ? » – « On les mettra à notre retour ma puce, c’est une jolie histoire mais tu le sais que ça n’existe pas ».

Visage blême, triste et yeux écarquillés « quoi ? Les cloches aussi ça n’existe pas et la petite souris ? Alors elle n’existe pas non plus ?? ».

Elle avait fait le deuil du Père Noël mais visiblement pas encore de la petite souris ni des cloches.

Plus qu’un mensonge, c’est toute une magie qui s’envolait !

Le quotidien étant suffisamment dur, j’ai décidé que chez nous la magie resterait le plus longtemps possible. Le Père Noël passera tous les ans, la petite souris déposera une pièce ou un mini cadeau à chaque dent tombée, des kinder seront cachés partout dans la maison, si cela peut permettre à Emma de rêver au moins pendant son enfance.

Je m’efforcerai de ne pas lui mentir sur les petites choses du quotidien, de tenir ma parole et d’être le plus honnête possible avec elle mais laisserai son imagination et la féerie traverser au moins un temps sa jolie petite tête !

Et chez vous on ment ou pas ?