Étiquette : enfant

Notre avis sur le Spectacle de Masha et Michka – Palace de Paris

Spectacle de Masha et Michka

Au spectacle de Masha et Michka

Hier, j’avais réservé une petite surprise à Mamajolie.

Direction Paris pour découvrir le nouveau spectacle de Masha et Michka qui se joue actuellement au Palace à Paris.

Comme tous les ans, pendant les vacances de Noël, un grand nombre de spectacles pour enfants se jouent un peu partout en France. J’adore !! Je trouve que ça prolonge l’esprit fête et que c’est d’ailleurs de très bonnes idées de cadeaux de Noël !

Ici j’opte sans hésiter pour les séances du dimanche matin : personne sur la route, stationnement gratuit…

C’est parti pour 1h de spectacle ! Et ça swigg dès le début !

Michka arrive les bras remplis de cadeaux de Noël sur la scène tandis que Masha arrive elle directement dans les allées du théâtre pour saluer les enfants.

Spectacle de Masha et Michka
Spectacle de Masha et Michka

 

La voix aussi aiguë que dans le dessin animé, la petite blondinette vient apporter du pep’s au scénario puisque comme dans les dessins animés, c’est le seul personnage qui parle.

Spectacle de Masha et Michka
Spectacle de Masha et Michka

 

Sur scène en plus des 2 célèbres personnages, on retrouve très vite les 2 loups, le cochon et le panda !

J’avoue que j’aurai bien aimé la présence de Madame Ours, l’Amoureuse de Michka.

La fine équipe se prépare donc à célébrer Noël et s’organise pour le repas sous les consignes toujours directives de la petite coquine de Masha.

Spectacle de Masha et Michka
Spectacle de Masha et Michka

Mais voilà qu’un invité surprise vient chambouler leur programme : Snoowy !

Spectacle de Masha et Michka
Spectacle de Masha et Michka

Je vous laisserai découvrir la suite …

En tout cas, nous avons passé un chouette moment Mamajolie et moi.

En tant que Maman, j’ai trouvé finalement Masha très sage dans le spectacle et bien moins chipie qu’à la télé. Les costumes et les décors sont assez simples mais finalement c’est à l’image des dessins animés de Masha et Michka. L’histoire légèrement alambiquée par moment, reste autour du thème de Noël ce qui permet aux enfants de garder le fil conducteur.

Le spectacle dure environ 1h donc parfait même pour les plus petits. Je le conseille dès 2 ans 1/2.

Spectacle de Masha et Michka
Spectacle de Masha et Michka

Ça bouge beaucoup !!! Le spectacle est très musical, les enfants sont même invités à se lever s’ils veulent danser à certains moments. Il y a beaucoup d’interactions. Les personnages circulent régulièrement dans la salle pour mettre l’ambiance et je trouve que c’est un gros plus.

Il y a eu une jolie scène de bulles de savon et on a adoré ce moment où d’énormes ballons sont jetés dans le public qui s’éclate à se les renvoyer de rang en rang. Avis de Mamajolie à la fin « C’était Super !! ».

En clair, vu l’ambiance dans la salle et à la sortie, il plaira à vos enfants ça c’est sûr !!!!!!!!!!!!!!!

Spectacle de Masha et Michka
Spectacle de Masha et Michka

** Merci à Los Production pour l’invitation **

 

Vous pensez qu’il plairait à vos enfants ?

Des spectacles prochainement prévus chez vous ?

Je serai ravie de savoir lesquels, ça peut donner des idées !

Spectacle de Masha et Michka
Spectacle de Masha et Michka

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Tu peux me suivre « Maman a aussi un prénom » sur :

Facebook et Instagram (te reste plus qu’à cliquer dessus).

Tu trouveras justement en story sur Insta des extraits du spectacle d’hier !

Un commentaire laissé ici sur le Blog fait toujours super plaisir ! ♥

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Infos pratiques :

Le spectacle se joue actuellement à Paris jusqu’au 6 janvier 2019 – Théâtre du Palace.

Puis des représentations sont également prévues entre autre dans les villes suivantes :  Chenove (21) – Joue Les Tours (37) – Biarritz (64) – Marseille (13) – Montpellier (34) – Le Cannet (06) – Woincourt (80) – Lorient (56) – Bordeaux (33) – Lyon (69) – Rennes (35) – Bourges (18) mais pas que…

Pour vérifier si le spectacle se joue près de chez vous : cliquez ICI.

Et pour réserver :      Au PALACE à PARIS : clique ICI

Pour les villes de province : clique ICI

Pour des billets moins chers : clique ICI

{Test & Avis – Concours} Son 1er réveil ! Je vous en dis plus sur le KID’SLEEP MOON

 Le réveil KID’SLEEP MOON serait-il la solution pour nos enfants ?

Je vous avais promis quelques pistes et quelques idées pour aider vos enfants à se repérer dans le temps. Voici donc un 2ème article sur le sujet (avec en prime un beau concours plus bas) parce que le sommeil, le coucher, le réveil… voire pour certains LES réveils… ça reste un vaste sujet de parents !

Et ça Vincent CLAESSENS Papa de 6 enfants l’a bien compris ! Fort de son expérience de Papa de famille nombreuse, il créa dans les années 2000 un réveil innovant.

Je vais donc vous en dire un peu plus sur la marque CLAESSENS’KIDS (oui oui comme Monsieur) enfin surtout sur le réveil KID’SLEEP MOON que Mamajolie a depuis plusieurs mois maintenant.

le réveil KID’SLEEP MOON

 

J’ai dit innovant, pourquoi ?

Parce qu’il ne ressemble pas à un réveil classique avec un cadran chiffré. Le concept étant complètement différent.

Le réveil est essentiellement composé d’une image : Hello Kitty pour le réveil de Mamajolie mais il existe d’autres plaques (et elles sont interchangeables).

Et c’est sur cette image que tout se joue. C’est elle qui va indiquer à l’enfant s’il est dans un période de réveil ou de sommeil. Il y a donc le personnage éveillé et en dessous, le personnage endormi.

Sur le côté, on garde quand même l’esprit réveil avec un petit cadran numérique qui indique l’heure.

Mais alors, comment ça fonctionne tout ça ?

Il y a sur l’arrière du réveil plusieurs boutons :

le réveil KID’SLEEP MOON
  • Une étoile qui permet de régler la luminosité de l’image avec 4 degrés d’éclairage possible
  • GS = Go to Sleep : En restant appuyé quelques secondes sur ce bouton, un minuteur symbolisé par un soleil s’enclenche sur l’écran LCD. Petit à petit, l’enfant observera le soleil se coucher tout doucement. Cette option va ainsi lui, et nous permettre de déterminer un timing d’avant coucher. C’est ce que moi j’appellerai la phase de calme. C’est bientôt l’heure de dormir, les derniers bisous, la dernière histoire… Chez nous cette option est programmée sur 10 minutes (elle peut aller jusqu’à 1H). A la fin des 10 minutes, une petite musique rappelle que le soleil vient de se coucher pour laisser place à la lune. Et pour symboliser l’heure de dormir également visuellement, l’image du cadre passe instantanément sur le personnage en train de dormir. Le soleil qui se couche, la lune qui apparaît, Hello Kitty en train de dormir… sont autant de petites choses qui permettent à l’enfant d’anticiper sereinement le coucher et de comprendre qu’il est vraiment l’heure de dormir.
  • La note de musique = mode berceuse. Ce bouton permet d’enclencher une berceuse qu’il faudra pré-choisir en amont. 4 berceuses possibles : les battements du cœur, 2 mélodies douces ou le bruit de l’eau. Volume également réglable.
KID’SLEEP MOON

 

le réveil KID’SLEEP MOON

 

  • Tous les réglages : heure, réveil, type de sonnerie du réveil, son de la berceuse, volume… se font à l’aide de ces 3 petits boutons.
  • O = OFF. Aucun réveil, aucune action.
  • I = Pas de réveil, pas de son. Seule l’action jour – nuit du petit personnage sur le cadran fonctionne.
  • ON = toutes les fonctions réveil + imagier du cadran s’enclencheront.

Côté réveil :

  • 4 sons de réveil différents sont proposés (train, coucou, coq ou oiseau)
  • Volume toujours réglable
  • Il y a la possibilité de choisir l’heure sous la forme 1 à 12 am-pm ou de 1 à 24 h
  • Le plus astucieux : on peut programmer une heure de réveil pour la semaine (bouton W) et une heure différente de réveil pour le week-end (bouton WE). Et c’est franchement pas bête ! Parce que si on peut gagner un peu de sommeil supplémentaire le week-end hein c’est pas de refus !

En clair, le KID’SLEEP MOON propose les utilisations suivantes :

  • Veilleuse
  • Berceuse
  • Réveil du matin
  • Réveil de la sieste
  • Décompte du temps restant avant de dormir
  • Réveil du week-end

Ce que j’aime : c’est justement le tout en un de ce produit. L’aspect réveil vraiment adapté aux plus petits. L’idée d’apporter un visuel très clair pour un enfant. Une image décomposée en 2 avec un repère très simple du « je peux jouer » et du « je dois dormir ». C’est le jour / C’est la nuit. En réglant le réveil aux heures souhaités, l’enfant voit très facilement si c’est le moment ou pas encore de se lever. J’aime aussi le fait d’avoir garder quand même le petit réveil avec des vrais chiffres.

Ce que j’ai trouvé moins top : la notice n’est pas forcément très clair au départ même si au final une fois qu’on a compris le principe, on se fait la main facilement pour les programmations. Tout le menu est en anglais, il manque la possibilité de choisir sa langue. J’ai mis par erreur une heure de réveil dans l’option sieste et je n’ai pas su comment la retirer, j’ai donc contacté la marque et en fait cela n’est pas possible. Quand ça arrive, il faut donc penser à remettre le réveil sur 0 après le réveil du matin pour qu’il soit inactive dans la journée. Je l’ai débranché moi ici pour le reprogrammer sans réveil de sieste mais bon il y a peut être une petite astuce à mettre en place de ce côté là par la marque.

Et Mamajolie alors, elle en pense quoi ?

Elle a été tout de suite fan du cadran Hello Kitty elle. Elle a rapidement compris le principe du réveil et a vite adhéré au côté ludique du produit. C’est vraiment très parlant pour eux jour / nuit et debout / coucher. Elle a aimé choisir sa sonnerie de réveil par exemple aussi. Je ne vais pas vous mentir, Mamajolie est une très bonne dormeuse, elle fait ses nuits depuis ses 2 mois 1/2 et nous n’avons pratiquement jamais rencontré de problème de ce côté là. Pour vous dire, c’est très rare les fois où elle entend les petits oiseaux le matin ! Par contre, on a le souci inverse, elle traîne beaucoup le soir ! Donc le réveil permet vraiment de canaliser le coucher, c’est 10 minutes pas plus. Ça fonctionne bien, elle s’amuse de regarder son réveil pour voir Hello Kitty se coucher avant de s’endormir elle même.

J’ai eu ce réveil à tester lors des Efluent 6 où j’avais pu beaucoup échanger avec la marque sur leurs différents produits. J’avais hésité avec ce modèle qui est préconisé pour l’âge de Mamajolie et celui en photo ci-dessous. Du coup, je suis entre deux, car celui-ci est top, vraiment, mais il aurait peut-être fallu l’avoir avant ses 4ans pour qu’elle profite pleinement de toutes les options. Je pense que le réveil ci-dessous, pourtant conseillé pour les plus grands, aurait aussi bien pu lui correspondre puisque nous travaillons sur la lecture de l’heure depuis quelques mois.

Allez dites moi tout ! Qui rencontre des soucis avec un enfant qui ne veut pas se coucher ou un autre qui se lève à l’aube ? Le manque de sommeil n’est pas tabou, on en viendra tous à bout !

⇒ Pour lire le 1er article paru sur le même thème c’est ICI.

 Et justement, j’ai la chance de pouvoir vous faire gagner un réveil KID’SLEEP MOON pour le tester chez vous !

Concours et conditions de participation à retrouver sur la page Facebook du blog :

 Tu peux me suivre « Maman a aussi un prénom » sur :

Facebook et Instagram (te reste plus qu’à cliquer dessus).

BRAVO à LUCIE ROCHE qui remporte un réveil CLAESSENS !

Merci de me contacter en MP sur Facebook pour m’envoyer vos coordonnées.

CONCOURS MAMAN A AUSSI UN PRENOM

DIY facile : Ne jeter plus vos « P’TIT LOUIS » vos enfants vont adorer !

DIY "PTIT LOUIS" - BLOG MAMAN A AUSSI UN PRENOM

DIY facile avec des « P’TIT LOUIS » 

Si tes enfants sont aussi fans des fromages « P’TIT LOUIS » surtout ne jettes pas leurs emballages.

Je vais te montrer comment recycler facilement ces chouettes coques en plastique.

En voyant les emballages graphiques et colorés qu’ils proposent en ce moment, je me suis dit qu’on pouvait forcément en faire quelque chose de sympa.♥

Blog Maman a aussi un prénom
DIY BLOG MAMAN A AUSSI UN PRENOM

Pour réaliser ce Do It Yourself ou petit Atelier, il te faut :

  • Un ou plusieurs « P’TIT LOUIS » (ne le prive pas de son fromage, nous n’en avons plus besoin)
  • Du riz ou des petites pâtes plates pour les potages (comme les nôtres par exemple)
  • une colle Glue pour le plastique
Blog Maman a aussi un prénom
DIY AVEC DES P’TITS LOUIS

 

DIY BLOG MAMAN A AUSSI UN PRENOM
DIY BLOG MAMAN A AUSSI UN PRENOM

Etape par étape :

  • Nettoyer l’emballage.
  • Bien l’essuyer surtout, pour qu’il soit complètement sec.
  • Mettre le riz -ou- les petites pâtes à la disposition de ton enfant. Si possible dans un récipient pas trop profond. Le but étant aussi de le laisser utiliser ses sens et développer son toucher.
  • A lui de jouer, il mettra avec les mains les pâtes dans la coquille recyclée.
  • Ferme la coquille sans colle pour le moment et secoue ! Il pourra ainsi décider d’en mettre plus pour atténuer le son ou au contraire, d’en enlever pour que le bruit soit plus intense.
  • Une fois la dose choisie, tu te chargeras de poser la colle sur tout le contour de la coquille
  • Maintenir bien fermé quelques minutes
DIY "PTIT LOUIS" - BLOG MAMAN A AUSSI UN PRENOM
DIY « P’TIT LOUIS » – BLOG MAMAN A AUSSI UN PRENOM

DIY "PTIT LOUIS" - BLOG MAMAN A AUSSI UN PRENOM
DIY « P’TIT LOUIS » – BLOG MAMAN A AUSSI UN PRENOM

Et Musique Maestro, ses maracas sont prêtes !!!

⇒ Rapide, facile, pas cher et amusant. 

J’ai donc ramené le reste de nos fournitures à la Maîtresse de Mamajolie afin qu’elle puisse leur faire cet atelier en classe par petit groupe et visiblement, cela a bien plu. Par contre, ils sont 28 alors va falloir qu’on en mange encore quelques uns des P’tit Louis du coup…

Est-ce que tu penses que ça pourrait plaire chez toi ?

♥ N’hésite pas à partager cet article ♥

Tu peux me suivre « Maman a aussi un prénom » sur : Facebook et Instagram (te reste plus qu’à cliquer dessus).

Quand les murs ont des oreilles … (violences verbales et physiques)

Quand les murs ont des oreilles …

Un billet que je ne pensais pas écrire tant je n’aime pas aborder ce sujet …

Pourtant, même sans cliquer sur les différents articles du Parisien qui surgissent violemment ces derniers temps sur mon fil d’actualité, je ne peux pas faire semblant et ignorer ces tristes faits divers ou des enfants perdent, sans raison, la vie sous les coups d’un proche.

Il y a eu des cas où il était reproché aux mères, aux institutions, à la famille, à la Justice voire même aux voisins de n’avoir rien dit, de n’être pas intervenus, de ne pas avoir su protéger comme il se devait, comme ils le méritaient, ces enfants.

Les murs ont des oreilles…

J’ai moi même vécu dans deux contextes différents ce rôle de voisin.

L’été dernier, durant nos vacances dans le Sud. Une famille ordinaire, un papa, une maman et deux enfants. Une famille discrète qui faisait d’ailleurs bien moins de bruit que nous avec nos 2 tornades de cousin et cousine.

Tellement discrète que j’ai pensé pendant plusieurs jours qu’ils n’avaient qu’un seul enfant !

Des enfants sages que nous n’entendions pratiquement jamais.

Un bonjour dans les escaliers ou sur le chemin de la plage, c’est le seul contact face à face que nous avons eu.

Tout le reste s’est passé à travers les murs.

Pas de hurlement, pas d’éclat …

J’ai d’abord entendu un après-midi, là juste en dessous de ma véranda, une maman épuisée.
Une maman qui se plaignait de ne pas pouvoir se reposer, de ces vacances qu’elle jugeait médiocres et inintéressantes, qui en avait marre de ses enfants autant que de son mari. Une maman à bout.

J’ai d’abord perçu cette image de maman fatiguée qui me rappelait mon propre état avant de partir en vacances l’été dernier et dont je te parlais dans cet article : Je suis cette mère qui plane (lien direct à l’article).

Et puis au fil des jours et des conversations entendues j’ai compris que non… Elle et moi n’en étions pas au même stade du tout et surtout nous n’étions pas les mêmes mamans.

Les propos entendus m’ont bouleversé chaque jours un peu plus.

J’ai entendu cette maman prête à faire ses valises, voulant rentrer tandis que son mari tentait de la raisonner et de lui proposer de pimenter un peu leurs vacances avec de nouvelles activités, la location étant déjà payée.

J’ai entendu cette maman remplie de reproches, de fatigue, de regrets, de lassitude avec des propos très durs envers ses enfants.

Ces phrases qui remontaient jusqu’à ma fenêtre tous les jours m’amenant par moment à lui rétorquer un « bon ça va maintenant stop ».

Et puis un soir, des cris et des pleurs qui, les fenêtres ouvertes, ne peuvent nous échapper.

Le petit garçon venait de faire une chute dans la salle de bain comme cela peut arriver chez chacun d’entre nous. Il pleurait, apeuré, le visage visiblement abîmé. Je m’attendais alors, sûrement naïvement, a enfin découvrir une maman, une vraie, une maman protectrice, une maman aimante, une maman inquiète.

Mais j’avais tout faux.

J’ai entendu une mère encore plus dure, haineuse et complètement distante. Pas un câlin, pas un mot de réconfort, pas un geste d’amour pour son fils en pleurs le visage saignant.

Une mère accablant de nouveau son mari, le laissant gérer seul cette situation d’urgence.

Et puis, l’inconcevable est arrivé.

J’ai entendu cette mère tenir des propos intolérables pire que les jours précédents « c’est bien fait« , « j’en ai ras le bol, regarde la tronche qu’il a maintenant », « regarde son nez c’est affreux il est défiguré », « c’est bientôt la rentrée regarde la tête qu’il va avoir », « je t’avais dit qu’on aurait dû rentrer », « moi c’est clair c’est même pas la peine, il reste pas avec moi, je ne donne pas la main à un gosse qui a une tronche pareil », « j’en sais rien fais ce que tu veux avec lui », « bien-sûr que son nez doit être cassé il saigne« , « il va rester comme ça moche maintenant ».

Des propos tenus face à son propre enfant de 3-4 ans qui pleurait déjà sous la douleur et la peur.

Mon cœur s’accélérait, mon énervement s’amplifiait chaque seconde davantage.

Ce soir là, j’arrivais à saturation. Je ne pouvais plus être spectatrice malgré moi d’une famille à la dérive juste là sous mes fenêtres. Je ne pouvais plus supporter le comportement de cette mère face à ses 2 enfants forcément en souffrance mais dans le silence le plus complet. Une souffrance cachée sous l’image d’une famille d’apparence normale.

Je ne tenais plus, les 4 jeunes parents que nous étions ne tenaient plus.

J’ai décidé de descendre, je voulais le prendre moi cet enfant, je voulais le soigner, je voulais lui faire un câlin.

Mon mari m’a stoppée. Nous avons entendu le père prendre enfin la décision de se rhabiller et d’amener l’enfant à l’hôpital. Il pleure toujours. Avec ma grande sœur nous sortons et guettons devant la porte d’entrée, nos escaliers desservant aussi l’appartement du dessous. On fixe le père dès sa sortie de l’appartement qui nous fuit du regard, énervé, stressé mais visiblement pas gêné… Il balança à son fils un ultime « t’es content hein ? Tu crois que ça me fait plaisir d’aller à l’hôpital à 22h00 ? Arrête de pleurer ça va ! ».

Je n’ai pas pu me retenir. C’était trop, du haut des escaliers, c’est mon cœur de maman qui a parlé, qui a crié : « mais faut vraiment être con, bien-sûr qu’il pleure parce qu’il a mal votre fils ».

J’ai croisé rapidement le petit garçon le lendemain, il était toujours aussi mignon. Les vacances se terminaient pour eux. J’ai donc passé, bien malgré moi, une semaine de vacances avec cette famille. Entendant tout de leur vie privée, constatant des choses anormales et des violences verbales humiliantes et traumatisantes. J’ai eu mal pour eux. J’ai été impuissante, que pourrais-je faire en seulement une semaine ? Outre leur faire comprendre que sous ce masque de famille idéale, j’avais remarqué, j’avais entendu, j’avais répondu et j’étais choquée. Peut être faut il espérer et garder espoir qu’il ne s’agissait que des vacances, que cette maman a pu retrouver la raison et son rôle de maman… Je leur souhaite …

Parce qu’il existe des violences verbales mais aussi des violences physiques.

Les violences physiques j’en ai été témoin pendant presque 2 ans, cette fois avec mes voisins du dessus.

A l’époque, je vivais seule dans mon petit studio. Juste au dessus de chez moi vivait un jeune couple.

Encore une fois, un couple discret, que je ne croisais que très rarement.

Violences à l’intérieur, grande discrétion à l’extérieur serait ce le maître mot…

Je l’entendais cet homme jaloux maladif dont les crises dégénéraient bien trop souvent en flot d’insultes envers sa compagne. Je l’entendais oui et ne devais pas être la seule, les fenêtres parfois même grandes ouvertes, sans aucune gêne aucune.

Un homme macho, qui exerçait une pression mentale et physique si forte sur sa compagne qu’elle en était devenue silencieuse.

Des insultes qui résonnaient chez moi mais aussi des coups…

Leur logement parfaitement similaire au mien, j’ai entendu sa main claquer sur elle, son corps heurter le radiateur au point de faire vibrer mon propre radiateur, son poids tomber au sol en plein milieu de la nuit, là juste au-dessus de mon lit.

J’étais témoin de son calvaire, le plafond pour seule séparation.

Des violences ponctuées de longs mois paisibles d’accalmie…

3 fois … peut être plus… comment savoir ce qu’il se passait lorsque je n’étais pas là …

J’ai appelé la Police à chaque fois. Parfois même en pleine nuit. Les policiers sonnaient chez moi, prenaient des informations puis montaient. Et le calme revenait.

J’ai beaucoup souffert de ce voisinage.

Je me revois encore, l’une de ces fameuses nuits, assise là sur le bord de ma baignoire, angoissée de leurs moindres gestes, émue par ses pleurs traversant la bouche d’aération de ma salle de bain, à guetter impatiemment l’arrivée de la Police.

A l’époque j’avais aussi abordé discrètement mon gardien pour lui faire part de la situation, leurs voisins de palier devant aussi forcément entendre… C’est fou comme les gens sont sourds quand ça les arrange.

J’avais quoi … 25 ans, j’étais jeune et cette fille avait le même âge que moi. Oui je me suis souvent demandé pourquoi elle restait, pourquoi elle subissait sa vie.

Ces situations ne sont pas simples… surtout pour les victimes. Comment agir ? comment l’aider ? souhaite t’elle de l’aide ?

J’ai prévenu la Police qui est toujours venue à chacun de mes appels, peut-être aurais-je aussi pu contacter le 3919…

Et puis, j’ai déménagé, ils vivent toujours là bas … Tous les 2…

Simple voisine, simple femme, simple témoin… je ne pouvais pas changer SA vie.

L’essentiel c’est d’agir, comme on peut, mais surtout de ne pas fermer les yeux.

Blog Maman a aussi un prénom
Maman a aussi un prénom

Ma douce … Ma petite fille… 💙💚💛💜❤️

Ma petite fille …

A toi ma douce,

Je sais que ton énergie est débordante,

Je sais aussi que ton enthousiasme pour tout vient de cette peur potentielle de passer à côté de quelque chose,

Je sais que tu es maligne et que ta mémoire est sans faille,

Je sais qu’un endroit ou une personne vu une fois, toi tu ne l’oublieras pas,

Je sais que tu aimes réussir et détecte déjà en toi un vrai caractère de compétitrice,

Je sais aussi qu’à l’inverse quelque chose qui ne t’intéresse pas, sera complètement freiné dans ton esprit,

Je sais que tu es dotée d’une incroyable empathie pour ton âge et que tu ne passes jamais à côté d’une personne en difficulté sans l’aider ou d’un enfant en pleurs sans chercher à le consoler,

Je sais que la tristesse ou la maladie chez l’autre sont des choses qui t’affectent et te travaillent,

Je sais que tu es heureuse qu’en étant entourée et qu’être seule n’est pas pour toi,

Je sais que tu as de l’humour et que tu es capable de nous surprendre avec des blagues déjà de haut niveau,

Je sais que ton vocabulaire impressionne et que tu tiens des conversations sans souci avec des adultes,

Je sais que partout ta frimousse attire et que tu sais en jouer,

Je sais que tu ne laisses pas indifférente et que ton aura t’aidera dans la vie,

Je sais qu’il faut que tout aille vite et que ta patience est limitée,

Je sais que tu es déterminée et que ton éducation ne sera pas simple tous les jours,

Je sais aussi que tu es un électron libre, pas toujours facile à canaliser,

Je sais que tu dévores la vie autant que tous tes repas,

Je sais que peu importe où et avec qui, partout tu te sens bien.

Je sais beaucoup de choses de toi ma princesse. Je constate que finalement ton caractère bébé est quasi similaire à ton caractère d’enfant.

Il n’y a qu’une chose qui continue de m’intriguer.

C’est cette idée ancrée dans ta tête que tu es grande.

Je sais qu’à 3 ans les enfants sont en pleine quête d’autonomie.

Cette autonomie tu l’as et tu sais t’en servir.

Ce qui me surprend c’est cette image décalée que tu sembles avoir de toi.

Tu sembles parfois si loin de tes 3 ans.

J’ignore comment tu te positionnes face aux autres, face au monde.

Du haut de tes presque 1 mètre je ne sais pas ce qui peut t’amener à penser que tu es bien plus grande qu’en réalité.

Tes réactions me surprennent, m’interpellent aussi.

Je sais que régulièrement il est nécessaire de te ré-expliquer ton statut de petite fille.

Je sais qu’à la Crèche, tu te sens presque intégrée à l’équipe d’animation, prête à faire de ta journée la même que la leur.

Du mimétisme ?

Sûrement un peu mais sûrement pas que …

De la maturité ?

Sûrement un peu mais sûrement pas que …

Il m’aura fallu plusieurs minutes pour te répondre et me rendre compte de ce que tu venais de dire quand un été déjà, a seulement 2 ans 1/2, tu m’as répondu : « monte à la maison maman, après moi je rentre d’accord ? t’inquiète pas ». Pour rester jouer en bas un soir, la nuit tombée, avec des enfants qui avaient au moins 4 fois ton âge.

Je reste scotchée quand je te vois courir à toute vitesse après des filles de 14 ans que tu connais tout juste et leur crier « attendez mes copines moi aussi je viens avec vous ».

Mamajolie évidemment qu’une femme enceinte c’est magnifique, non maman n’est pas enceinte et toi non plus ma princesse. Tu fais chavirer le cœur de ton père en disant que tu as un bébé dans le ventre. Et vraiment, pour le bien de tous, prends le temps.

Et puis je te reprends à chaque fois que tu interpelles des enfants ou des ados par « petite fille » ou « petit garçon », non mon amour eux ils sont grands, c’est toi la petite.

Je manque de m’étouffer quand de retour d’une visite chez tonton, dans la voiture, tu nous dit le plus naturellement possible « la prochaine fois c’est pas la peine de venir avec moi hein, j’irai toute seule chez tonton avec ta voiture ».

Alors non ma douce, les clés sont cachées et en hauteur car je suppose de quoi tu serais capable.

Des anecdotes comme celles-ci j’en ai des dizaines. J’ai donc des dizaines de fois pris délicatement le temps de t’expliquer, de te recadrer, de replacer les choses dans leur contexte.

Rien n’y fait… cela semble ancré dans ta tête et c’est la vision que tu as de toi.

Pourquoi ? J’essaye de le savoir et ne désespère pas.

Tu n’as que 3 ans ma douce et crois moi profite,

aujourd’hui ta vie n’est que bonheur !

Maman a aussi un prénom

Un 80% avec un enfant c’est indécent ??

Enfant Maman a aussi un prénom

Un 80% avec un enfant c’est indécent ??

Voilà la question que je me pose depuis un certain temps.

J’admets que les récents changements au boulot sont venus raviver fortement cette envie.

Etre maman :

  • ce n’est pas toujours simple,
  • maman salariée non plus,
  • maman, salariée, femme, blogueuse encore encore moins.

Et je le sais bien, c’est pourtant le quotidien de beaucoup d’entre nous : maison – boulot – enfant(s).

Mais voilà, ce trio ne me plait plus.

Ou en tout cas, plus comme ça !

J’ai le sentiment de ne pas assez m’épanouir, d’être un peu frustrée au travail, à la maison, avec Mamajolie et avec le blog.

Enfant - Maman a aussi un prénom
Maman a aussi un prénom

Au final, une course quotidienne qui n’atteint pas l’épanouissement qu’elle mériterait…

J’ai parfois l’impression de plus subir et courir, que de profiter du positif que chacun de ces maillons peut m’apporter.

La vie file à une vitesse incroyable alors « pause » et moi la dedans ??

Être à son compte : sûrement mon rêve ultime. Avec la possibilité de gérer mon temps, mes horaires, de mettre la 5ème quand il le faut mais de pouvoir rétrograder en 2de pour profiter d’un petit moment de bonheur en famille même en pleine journée.
Derrière le rêve, il y a forcément aussi la réalité car c’est aussi perdre une stabilité financière, ses collègues et surtout, c’est trouver une compétence intéressante à vendre. Me reste encore à la trouver…

J’aime travailler, j’aime ce contact humain, j’aime découvrir et apprendre, j’aime échanger.

Ce qui me fait penser que mon statut de salariée dans une grande boîte est quand même en adéquation avec mes besoins.

Alors, j’ai une autre option …

Le changement de mon contrat en un 80%.

Je me dis que c’est peut-être ça la solution. Une journée de moins au travail serait une journée de plus pour moi, pour profiter de Mamajolie, pour m’occuper un peu de la maison ou pour écrire sur le blog.

Pourtant, quand discrètement au détour d’une conversation j’ai abordé l’idée d’un 80% j’ai été un peu (beaucoup soyons franche) surprise de l’image que cela renvoyait :

– Salariée plus motivée par son poste
– Maman qui n’arrive pas à s’en sortir (et pourtant elle n’a qu’un enfant)
– Femme qui doit avoir une situation financière drôlement confortable
– Jusqu’à l’idée que ce soit qu’un petit délire passager

Oui c’est vrai que je n’ai qu’un enfant.

C’est indécent un 80% avec un enfant ??

Effectivement, cela peut avoir une conséquence sur ton évolution professionnelle (et encore pas toujours) mais pourquoi ta motivation ou ton implication devraient être remises en cause ? Effectivement, cela a un impact financier quand tu prends ton salaire X € x 0,20 = Y € de perte de salaire – C’est un montant non négligeable d’autant qu’une perte des jours de RTT par exemple vient aussi s’ajouter.

Mais non pour l’image de la mère qui a du mal à gérer ou qui se sent dépassée !

Je ne suis pas d’accord avec cette image culpabilisatrice sous prétexte que tu voudrais une journée de travail en moins, pour toi, pour profiter de ton enfant ou pour faire ce que tu aimes.

Je viens de passer 3 jours de RTT merveilleux à la maison avec ma fille. On est sorti, on a traîné à la maison, on a joué, on a pris le temps de se retrouver en tête à tête elle et moi. Je n’ai jamais eu autant de câlins que ces 3 derniers jours passés avec elle. Elle en avait besoin et moi aussi.

Pour le moment, je n’ai encore rien décidé car c’est une décision qui doit être mûrement réfléchie. Peut-être que je le ferai dans quelques semaines, peut-être que j’attendrai septembre et  l’entrée en maternelle de Mamajolie. Peut-être même que je resterai dans « la normalité » et attendrai l’arrivée du 2ème pour minimiser la perte financière.

Toujours est-il qu’on a qu’une vie et qu’en l’occurrence, celle-ci est la mienne donc autant que je puisse en profiter comme bon me semble…

 

J’aimerai bien avoir votre avis à vous les mamans. Pensez-vous que prendre un 80% quand on n’a qu’un seul enfant c’est indécent ? Certaines d’entre vous l’ont elles fait ? Ou avez-vous attendu le 2ème ? Est ce que c’est quelque chose que vous aimeriez faire ?

(dites moi tout en commentaire juste en dessous)

(Test & Avis) On a testé le MONCHHICHI, Oui j’ai bien dit MON-chhichi ! Celui de mon enfance ! Par BANDAI

On a testé le MONCHHICHI de Bandai !!

Quand Bandai m’a proposé un test c’est tout de suite sur le Monchhichi que mon coup de cœur s’est porté !

Le fameux Monchhichi, celui de mon enfance, celui que je trimbalais partout avec moi, celui que je déshabillais et rhabillais sans cesse, celui à qui je faisais des câlins, celui qu’il fallait absolument avoir pour être à la mode lorsque j’étais enfant !

Monchhichi

Il y a des jouets comme celui là qui nous renvoient directement à notre enfance, nous les trentenaires, nous les nouvelles mamans.

Monchhichi

Il y a d’ailleurs pas mal de nos jouets qui ressortent actuellement car visiblement le marché de nos anciens jouets est très porteur et franchement, cela ne m’étonne pas du tout ! Car je suis la 1ère à aimer voir Mamajolie jouer avec les mêmes jeux que moi petite !

Il m’a suffit d’ouvrir la boite pour retomber en enfance !

Du haut de mes 33 ans, j’avais oublié à quel point Monchhichi était poilu et doux. Que son nom était si dur à écrire et bizarrement, ce n’est qu’en le voyant que je me suis souvenue de ce petit pouce tétine qu’on pouvait lui enlever et lui remettre dans la bouche.

Monchhichi

Ce que je n’ai pas oublié, c’est que je l’aimais beaucoup petite fille et qu’il m’accompagnait tout le temps !

Je l’ai offert à Mamajolie le soir même, pressée de voir sa réaction.

Elle était toute surexcitée ! Il faut dire que lorsque nous lui offrons un cadeau, nous y mettons les formes ! On l’ouvre ensemble, on lui montre, on lui explique que c’est une surprise à base de wahouuuu ! la chanceeeee ! Regarde Emma !

Mamajolie a tout suite adopté Monchhichi, elle me l’a pris des mains et lui a fait un bisou.

Le point positif des Monchhichi c’est qu’ils peuvent plaire aussi bien aux filles qu’aux garçons.

Elle a reçu le modèle Stroller Set, c’est-à-dire la maman Monchhichi avec son bébé dans la poussette, la totale quoi !

Elle a très vite compris qu’elle pouvait donner son pouce à Monchhichi et c’est son grand jeu favori.

C’est pas ma fille pour rien, maman Monchhichi a été très vite déshabillée et rhabillée avec mon aide par contre.

Elle lui fait des câlins, la nourrit avec les accessoires de poupée (biberon, petit pot et gâteau). Monchhichi va même sur le pot !

Ce qui est pratique c’est que maman Monchhichi mesure 20cm et reste très légère, cela permet à Mamajolie de la trimbaler facilement partout avec elle.

Bien pensé, le pouce de maman Monchhichi se rentre dans un petit trou prévu à cet effet dans la poussette pour lui permettre de promener son bébé.

Finalement, j’ai l’impression que Monchhichi est un bon mixte entre un nounours et une poupée.

Emma nous la réclame maintenant verbalement « maman, maman veux kiki ».

Difficile à écrire mais facile à dire, les enfants s’approprient très vite « mon-kiki ».

En tant que maman je suis ravie d’accueillir de nouveau un Monchhichi sous mon toit et j’espère que Mamajolie partagera autant de bons moments avec lui que moi à l’époque.

Nos souvenirs ont un prix (prix approximatif entre 20 € et 30 €), vous pourrez retrouver plusieurs modèles de Monchhichi dans vos magasins de jouets ou sur Internet, une super idée de cadeau de Noel qui plaira aux grands comme aux petits.