Et voilà, mes parents sont partis…

A peine 3 mois, déjà 900 kilomètres qui nous séparent.

Une nouvelle vie pour eux, une nouvelle organisation à mettre en place pour nous tous.

Il y a quelques semaines, nous étions encore tous ensemble pour emballer toute une vie.

Appartement 12, 1er étage cela représente rien pour le reste du monde, mais tellement pour moi.

35 ans de ma vie, 35 ans de la leur.

L’unique appartement que j’ai connu. C’était eux, ma chambre, mes souvenirs, mes anniversaires, nos noëls, mon enfance, mon passé, mon présent…

Difficile d’imaginer une autre ombre que celle de mon papa sur leur balcon.

Leur dernière soirée parisienne, un dîner chaleureux et détendu à la maison. Puis je les ai raccompagnés à leur voiture, un dernier bisou, un dernier au revoir, un dernier signe de la main.

Un vide étrange s’est installé l’espace de quelques minutes me laissant là sous la pluie.

Je suis remontée à la maison, prenant le temps de monter chacune des marches, seule comme j’en avais besoin, les yeux légèrement rougis comme une enfant.

Les au revoir n’ont jamais été pour moi, ils m’angoissent, me perturbent, me rendent faibles tant ils me font peur.

Je préserve mon bonheur, de peur qu’il puisse un jour être mis à rude épreuve.

Il était si simple de les avoir là juste à coté de moi.

Je ne parle pas du côté pratique, des nombreuses journées de grève pour lesquelles ils auraient pu me seconder, des journées maladies où il arrivait à Papy de garder Mamajolie. Ni des mercredis après-midi qu’elle aurait pu passer avec ses grands-parents.

Je ne parle pas de tout ça… Car ça je saurais le gérer…

Je pense aux autres choses, celles plus belles, plus profondes, sur lesquelles je n’ai pas la main.

Je suis maman, j’ai 35 ans, ma vie de famille, mon travail, mes amis…

Ils me manqueront sûrement par moment, la distance sera là mais je saurais la gérer…

Aujourd’hui, c’est à eux que je pense et à Mamajolie.

Je pense surtout à tous ces petits instants de vie que la proximité permettait et qui embellissait leur complicité au quotidien.

A nos escapades imprévues chez eux en pleine semaine, à ce petit tour au parc qu’ils faisaient tous les 3, à ces câlins qu’ils pouvaient s’échanger sur simple demande…

Je savais cette proximité comme une réelle chance, pour eux comme pour elle. Car elle était aussi synonyme de moments simples, de souvenirs pour toute la vie.

Des instants bonheur qui n’ont pas de prix…

Aujourd’hui, la distance géographique va nous amener à nous organiser différemment. La proximité a laissé place à une famille connectée, pas le choix… skype et whatsApp sont devenus nos meilleurs alliés.

Nous allons aussi apprendre à nous passer des uns et des autres pour certains événements, même les plus importants.

Comme chaque année, en mars, nous fêterons nos anniversaires en même temps avec ma grande sœur, sans les parents pour la 1ère fois. Tout comme ceux de nos enfants, en février et avril…

Ce déménagement va nous demander à tous des efforts.

Et puis, il y aura des fois ou les finances auront sûrement raison du manque. 

Ce dernier Noel était prévu dans le Sud, c’est finalement chez moi que nous nous sommes tous retrouvés.

Mamajolie et mon neveu ont déjà tissé un lien fort avec leurs grands parents. Ce lien sera forcément différent avec les suivants, qui ne les verront que 2 ou 3 fois par an.

Alors voilà, mes parents sont partis… à 900 kilomètres !

Malgré tout je les sais heureux, sereins, bien installés profitant du soleil de l’Occitanie.

Et pour que la complicité perdure, pour qu’ils puissent se retrouver tous les 3, parce qu’ils en ont tous besoin, pour la toute première fois j’ai laissé Mamajolie partir elle aussi.

Présentement, mon bébé est à 900 kilomètres de moi, ce qui m’aura valu quelques larmes à la Gare…

Mais une famille c’est peut-être aussi ça, peu importe où et comment, c’est accepter que chacun soit heureux.

Instant partage : Comment ça se passe chez vous avec les grands-parents ?

Tu peux me suivre « Maman a aussi un prénom » si tu le souhaites sur : Facebook et Instagram (te reste plus qu’à cliquer dessus).

Nhésite pas à me laisser un petit commentaire ici, j'adore ça :