Ne me quittez pas …

Me voilà de retour avec un billet perso. C’est toujours ceux là qui font le plus de bien malgré, souvent la difficulté à les écrire. Ceux qui permettent de poser les mots, d’extérioriser et de partager dans ce qu’il y a de plus intime.

En quelques mois, un vide s’est créé autour de nous… Les déménagements se sont enchainés…

En étant pleinement égoïste, ces départs m’embêtent … je ne les aime pas …

Surtout, ils sont devenus répétitifs. La dernière annonce de départ date d’il y a quelques semaines … et je me suis rendue compte que j’avais du mal à être heureuse face à cette nouvelle annonce.

Encore un …. Encore un qui décide de quitter Paris.

Et pourtant, je peux comprendre complètement leur décision.

Ici la vie est (trop) chère, devenir propriétaire est loin d’être accessible à tous, l’envie d’un jardin, d’une vie moins stressante, d’une vie plus sereine pour les enfants…

Le débat de rester ici ou partir revient très souvent dans les discussions… encore mercredi dernier, lors d’une énième fête de départ, avec la maman d’une copine d’école de Mamajolie qui a demandé sa mutation dans le Nord.

Si Paris est magnifique, sa diversité un échange au quotidien, ses infrastructures un réel avantage… On ne peut pas nier que la vie ici devient de plus en plus difficile.

Je veux être heureuse pour ceux qui m’entourent. Alors j’en ai parlé avec l’Homme.

Et puis nous avons fait ce constat en 2ans :

  • J … mon amie d’enfance est partie vivre à Bordeaux
  • K… l’ami d’enfance de l’Homme est parti s’expatrier à Los Angeles embarquant les cousins adorés de Mamajolie
  • Mes parents sont partis s’installer dans le Sud (je te parlais de leur départ ici)
  • C… ma copine et collègue a choisi la Bretagne et s’est installée en famille près de Rennes
  • S… ma copine nous a annoncé il y a quelques semaines partir travailler en Thailande
  • Hier soir, nous étions à la fête de départ de mon beau-frère qui part sur Auxerre
  • L… ma petite nièce part quant à elle vivre dans le Sud avec sa maman

La naissance de Mamajolie a créé chez moi un sentiment de protection intense. Je la protège, son papa aussi…. Enormément…Mais eux aussi. Depuis toujours j’élève Mamajolie pour qu’elle s’épanouisse, pas seulement auprès de nous mais auprès des autres. Pour que nous ne soyons jamais son seul repère. Je veux qu’elle sente du haut de ses 5ans qu’elle est entourée, quoi qu’il (nous) arrive, qu’elle ne sera jamais seule. Avec un statut de fille unique qui amplifie sûrement un peu ce besoin. J’ai jamais cherché à m’approprier Mamajolie (je crois que cela m’angoisserait d’ailleurs) mais plutôt qu’elle s’approprie la vie, sa vie.

C’est mon combat à moi, lui donner les armes pour affronter la vie. Et ils sont son char d’assaut. Comment mieux affronter la vie qu’en se sentant très entourée, beaucoup aimée et protégée.

Sa naissance, son baptême civil (clique ici pour lire l’article), ses 5 anniversaires… clairement on ne s’est jamais mis de limite… on a fait entrer tout notre entourage dans sa vie… tous ceux qui nous apportent du bien pour qu’elle puisse aussi en bénéficier.

Alors quand je les vois s’éloigner de notre quotidien, j’ai un pincement au cœur.

Faites des bébés, mariez-vous mais venez on arrête les fêtes de départ !

Je vous entends déjà me répondre « l’avantage : ça te fait des supers destinations de vacances ! ». On était à Los Angeles l’été dernier, je sais que je suis la bienvenue à Rennes ou à Bordeaux, les billets d’avion sont déjà pris pour que Mamajolie descende chez mes parents à la Toussaint et à Noel. Auxerre n’est qu’à 1h30….

Mais voilà… on prend rendez-vous maintenant… il y a peu il nous suffisait de venir frapper pour partager…

Je sais que vous serez toujours là pour nous, pour ma fille, je sais qu’entre nous rien ne change, je sais qu’on peut ne pas se voir pendant des mois et se revoir en ayant l’impression que c’était hier, je sais qu’on garde le lien. Je sais… mais j’ai un pincement au cœur…

Je sais qu’on a encore des piliers autour de nous, là à côté, présents dans notre quotidien.

Et vu la tournure des choses, rien ne dit qu’un jour nous ne partirons pas nous aussi. Qui sait …

En tout cas, pour le moment PAUSE… Jacadi a dit « plus personne ne bouge ».

Et toi comment le vis-tu ? Te sens-tu bien entouré(e) ?

Des envies d’évasion et de déménagement ?

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Tu peux me suivre « Maman a aussi un prénom » sur :

Facebook et Instagram (te reste plus qu’à cliquer dessus).

Un commentaire laissé ici sur le Blog fait toujours super plaisir ! ♥

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

11 Comments on Ne me quittez pas …

  1. Je te comprends complètement. J’ai aussi un pincement au cœur en voyant mes amis partir ou parler de partir. Je me réjouis d’ailleurs de voir revenir une amie du Québec même si elle s’installe à Bordeaux. C’est déjà plus près !

  2. Comme je te comprends… c’est difficile de les voir partir et en même temps c’est difficile de les retenir car les envies sont compréhensibles !!! Ça vous fera des destinations de vacances nouvelles 😉

  3. Je te comprends, j’ai souvent dit à mon homme qui a des envies de bouger, que je ne pourrais pas partir loin de ma mère par ex. Pour les amies, j’avoue avoir parfois mal vécu le départ de certaines, quoi que l’on dise les relations et la distance ce n’est pas pareil.

  4. Ici j’ai tout quitté famille, amis pour que l’on s’offre un re-nouveau. Alors on a tous pleuré mais qu’elle joie de se retrouver enfin pour les amis (la famille c’est autre chose :p ).
    C’est un déchirement qui est parfois si dure à vivre mais qui renforce tellement les liens <3.
    Bon courage à toi ce n'est jamais agréable <3

  5. Ici aussi nos amis bougent. Parfois pas très loin mais je ne peux plus aller manger avec elles sur un coup de tête le soir. Tout doit s’organiser. Je pense que l’on vit bien mes choses à partir du moment où l’ on sait qu’on les a choisies et que l’on n’est pas trop loin de ses proches.

  6. J’ai vu tes stories et je comprends ta peine. J’avoue rêver de quitter Paris sans trop penser à mes proches que je laisserais ici. Ça me fera de la peine mais je ne supporte tellement plus Paris.
    Du coup, même si c’est dur pour l’instant, pense à tous ces endroits dans lesquels vous allez pouvoir aller pour les retrouver.
    Courage <3

  7. Ah ça, les gens bougent beaucoup ! Nous on est les seuls « survivants » de notre campagne profonde, la plupart sont partis très loins, vers les grandes villes… Alors on le vis bien, mais c’est sur, c’est a peu près comme ca toujours, aux âges d’avoir des enfants etc, ma mère me disait pareil en fait. La vie quoi 🙁 bon courage

  8. nous avosn aussi des amis qui ont quittés paris pour bordeaux, dès fois j’ai enviue de partir aussi, mais faut retrouver du boulot … du coup on ne se lance pas! vois le positif, tu as des supers point de chute pour les vacances 😉

  9. Voir les autres partir, ça renvoie toujours à sa propre histoire et son désir de bouger. Bien sûr, c’est toujours triste de les voir partir mais comme tu l’écris, ça te fait de beaux voyages et de belles retrouvailles à organiser.
    Mais l’avantage, c’est que, quelque soit notre âge, on peut toujours se faire de nouveaux amis (sans oublier ceux qui sont partis) !
    Plein de courage à toi <3

  10. la vie nous apprend à nous adapter mais parfois c’est pas des plus simple surtout quand c’est des personnes chers à notre coeur.

    courage et haut les coeurs ! ts ces petits voyages pour vous retrouver formeront de jolis souvenirs

Nhésite pas à me laisser un petit commentaire ici, j'adore ça :